Skip to content

Damaged people, disturbed souls

24 octobre 2005

 

 

 

 

 

 

 pta_cd

Ce qu’il y a de bien, lorsque je sors toute endolorie de chez la dermato, c’est que je peux filer me consoler au Virgin du coin, à deux pas de là. A plus forte raison le jour de la sortie officielle du dernier Depeche Mode !

 

 

 

Je ne sais même pas comment j’ai réussi à attendre tout ce temps. Je n’ai craqué qu’une fois, en téléchargeant le premier single, « Precious », qui ne m’avait pas convaincue. Trop clair, trop lisse, un morceau pop sans grande envergure.

 

 

 

Voici enfin le petit ange duveteux entre mes mains. La première chanson résonne entre les murs de ma chambre, à peine arrivée. Dès la première écoute de Playing the Angel, et lors des cinquante suivantes, j’ai tout de suite trouvé que c’était un très bon disque. J’ai également estimé que le groupe compilait ses propres recettes, offrant des chansons intéressantes, sans réelle surprise.

 

 

 

Prenons par exemple l’introduction de « A Pain That I’m Used To », qui ouvre l’album : la méthode de « I Feel You », un énorme son saturé, avec le son de « The Dead Of Night », véritable entrée en fanfare, avec un esprit très joueur, avant l’arrivée plus classique de la mélodie.

 

 

 

2 − « John The Revelator » est lui un très bon morceau de rock, refrain entêtant et dansant.

 

 

 

3 − « Suffer Well » : début très électro, ordi à la Kraftwerk, avant un morceau plus pop, langoureux, et ses guitares à la « Dream On ».

 

 

 

4 − « The Sinner In Me » : techno sombre et langoureuse, on se rapproche de certain groupe gothique cher à mon cœur. La voix de Dave Gahan semble être taillée pour ce genre d’exercices. La fin instrumentale déjantée prend aux tripes.

 

 

 

5 − « Precious » : clarté et douce mélodie aux claviers. Le décalage avec la chanson précédente fait mieux ressortir sa parenté avec « Enjoy The Silence ».

 

 

 

6 − « Macro » : Martin pousse la chansonnette, on sent un peu trop l’effort fourni sur ces paroles empreintes de spiritualité.

 

 

 

7 − « I Want It All » : superbe intro enchanteresse, mêlant sons crades et cristallins. Dès que Dave commence à chanter, je rentre en transe, et alors, le refrain ! Mélodie subtile, qui en fait ma chanson préférée de l’album.

 

 

 

8 − « Nothing Is Impossible » : plongée dans la noirceur et le désespoir. Ah, non, c’était juste une impression, les paroles recèlent en fait une miette d’espoir. « I still believe in love at first sight, nothing is impossible. »

 

 

 

9 − « Introspectre » : instrumental

 

 

 

10 − « Damaged People » : la plus jolie chanson interprétée par Martin, pas très gaie d’après son titre. L’intro, prometteuse, est gâchée par la suite avec un refrain grandiloquent. Dommage, il faut se contenter des bons moments de ce morceau.

 

 

 

11 − « Lilian » : chanson pop sympa, mais je ne peux m’empêcher de songer à une version diminuée de « Sea Of Sin ».

 

 

 

12 − « The Darkest Star » : de grandes envolées dans cette chanson finale.

 

 

 

Au bout d’une semaine, je continue à programmer l’album pour mon réveil du matin, autant dire que les premières notes me font bondir hors du lit ! Wake up the angel !

 

 

Publicités
One Comment leave one →
  1. urgonthe permalink
    13 juin 2011 14:36

    ça donne envie d’écouter, tiens ! même si en ce moment, je me sens fâché avec les groupes des années 80s…
    Posté par Dan, 24 octobre 2005 à 22:47

    Je trouve que le dessin de la pochette ressemble au dernier de The Cure…
    Posté par Just* a Chi’nese, 25 octobre 2005 à 15:21

    on se demandait ici avec D. : qu’es tu donc allé faire chez la dermato pour en sortir dans un tel état ?
    Posté par Dan, 26 octobre 2005 à 20:15

    argl, faut que je l’achete… FAUT QUE JE L’ACHEEEEEEEEEEEEETE !
    Posté par mymy marmotte, 26 octobre 2005 à 22:27

    KOUAAA !!! Tu ne l’as pas encore acheté ? Faut-il que je vienne te faire une séance de rattrapage à domicile ?
    Posté par canthilde, 27 octobre 2005 à 21:52

    A Dan : ce que me fait ma dermato est un sujet sensible ! En un mot, c’est ce qui me rend plus présentable quand je sors de chez moi, alors je ne vais pas le crier sur les toits. Du moment que ça ne se remarque pas trop…
    Posté par canthilde, 27 octobre 2005 à 21:56

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :