Skip to content

Froid et sombre

21 juin 2006

Cela fait un petit moment qu’un ami me réclame à grands cris une discographie initiatique cold wave. C’est louable de sa part, puisqu’il est avant tout fan de jazz. Il risque donc de souffrir, mais d’un autre côté, il va enrichir sa culture musicale. Le plus simple serait donc de lui présenter les disques que j’ai moi-même découverts ces trois dernières années.

C’est évidemment par Joy Division que je le conseillerais de commencer. C’est quand même le groupe fondateur des musiques froides des années 80, à cheval entre le punk et ce qui allait devenir la new wave, par la présence de synthés et de rythmes saccadés. Ecouter Unknown Pleasures et Closer permet de savoir si on a envie de continuer dans cette voie. Mal de vivre, harmonies glaçantes, rage auto-destructrice, le programme était lancé par Ian Curtis dès la fin des années 70…

unknownpleasures2closer2

Si le premier album de The Cure était une perle pop sautillante, le tournant pris dès le second en impose par son ambition et sa noirceur. Minimaliste, claustrophobique, Seventeen Seconds s’écoute en boucle sans lassitude, la mélodie n’étant jamais mise de côté. Quelle que soit la chose que le groupe est devenu depuis (star system, albums faiblards, come-back mollassons à répétition), impossible d’oublier cette première partie de carrière, qui a inspiré une génération entière.

seventeenseconds3faith1pornography1

Il est intéressant d’observer comment évolue un courant musical à partir d’une base très proche. Ainsi, j’aime beaucoup les trois premiers Cocteau Twins, justement parce qu’ils sonnent très années 80. J’apprécie moins la tournure éthérée qu’ils ont pris après. Garlands serait, très exactement, le chaînon manquant entre Joy Division et Dead Can Dance ; une musique suintant la grise mélancolie, une voix rauque et légère à la fois, insaisissable. Quand j’écoute cet album, je pense à de la rouille, des tas de graviers. Je considère pourtant plusieurs chansons, telle « But I’m Not », comme un puissant hymne à la joie, dont j’ai mis les vingt premières secondes comme message sur mon répondeur, en remplacement de mon ridicule message vocal (ça affole certaines personnes).

garlands1headoverheels1treasure1

Dans son premier album, éponyme, Dead Can Dance sonne donc un peu comme tous les autres de l’époque. Il va sans dire que la suite vaut le détour car, là, on ne peut pas parler d’affaiblissement dans l’écriture des chansons ! Seulement, les deux musiciens se sont intéressés à des cultures et des époques différentes, mêlant toutes ces influences pour de superbes disques médiévo-africano-indiens, avec la voix imposante de la diva Lisa Gerrard. Certaines chansons du premier sont déjà très intéressante, et je fonds complètement à l’écoute de « In Power We Entrust the Love Advocated », la seule où j’apprécie vraiment Brendan Perry, qui a plutôt tendance à m’ennuyer lorsqu’il chante seul.

deadcandance1

Si l’on considère le versant rock’n’roll de la cold-wave et ses dérapages vers le gothique, Sisters of Mercy s’impose comme un monument du genre ! Musique carrée, voix caverneuse, c’est lugubre et ça donne des frissons.

firsttandlast1floodland1somegirlswander1

The Sound est un groupe un peu moins connu. Assez fade au premier abord, ce groupe révèle des harmonies subtiles, un (défunt) chanteur passionné bien que très dépressif, d’après les paroles…

fromthelion1jeopardy1shockofdaylight1

J’éprouve une tendresse particluière pour Minimal Compact, groupe israëlien aux sonorités orientales, qui sait tisser des ambiances fascinantes.

deadly_weapons1ragingsouls1figureone1

Comme vous l’avez sûrement remarqué, j’adore Clan Of Xymox, depuis quelques années déjà, au point d’attendre chaque nouvel album avec impatience et d’aller les voir en concert. Débutant dans la mouvance froide et romantique, ils ont évolué avec bonheur vers du rock plus bruyant style Sisters of Mercy, sans jamais perdre leur immense classe… et le malaise existentiel présent dans les textes !

clanofxymox1subsequentpleasures1medusa1

Quelques pistes pour amateurs, donc. J’ai encore beaucoup de choses à découvrir moi-même.

Advertisements
One Comment leave one →
  1. urgonthe permalink
    13 juin 2011 16:52

    En effet mes « grands cris » ont donc produit leurs effets : Merci de ces pistes que je m’en vais donc explorer, sans doute en souffrant, mais volontairement….
    Posté par Olivier, 22 juin 2006 à 09:58

    curieux de (re)découvrir ces disques et tes mots talentueux dessus, alors que « Candidate » vient d’illustrer un propos récent…
    Posté par Dan, 28 juin 2006 à 10:51

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :