Skip to content

Lieux de perdition

3 février 2007

47B_400Je ne sais même pas ce qui m’a pris de m’approcher de la vitrine. Je sais pourtant combien ce genre de spectacles exacerbe mes envies et, partant, ma frustration, dès que j’aperçois le bout d’une étiquette. Pourtant, du plus loin que je me souvienne, je suis attirée comme une mouche sur un pot de miel par les rayons papeterie des magasins. Je soupire d’extase devant les stylos plume, je défaille devant les cahiers, dont j’admire les belles reliures des marques robustes, tout en préférant écrire sur le papier fin des brouillons de mauvaise qualité.

La foule se pressant pendant les soldes m’a encouragée à entrer, sans risquer de me faire alpaguer par une vendeuse chic qui me parlerait onctueusement tout en m’inspectant, avec un mépris à peine voilé, de haut en bas.

Les vitrines des grandes marques de stylos provoquent mon admiration. Je consate un net renouvellement des formes, privilégiant la longueur et les courbes, de belles couleurs métallisées, des motifs floraux ou géométriques. Cela faisait décidément bien longtemps que je ne m’étais pas adonnée à mon habituelle contemplation désintéressée. Il est clair que les prix sont hors de ma portée.

cypresJ’avise cependant un pot à crayons près de la caisse, affichant 15 euros pour chaque article. Sans rien espérer d’intéressant, je me penche et trouve quelques adorables stylos plume en bois, aux nuances brunes ou beiges. Vais-je résister ? J’en ouvre quelques uns, je les inspecte. Il y en a un, en particulier, que je trouve agréable à tenir, avec sa ligne incurvée, son corps tout en bois, son poids un peu lourd. Le vendeur trempe la plume dans un encrier, je trace quelques zigzags… Il ne faut pas trop présumer de ma tempérance dans ce domaine !

Je suis donc l’heureuse propriétaire d’un « Cyprès », d’Oberthur, marque pas spécialement réputée en la matière mais qui a créé là un très joli modèle. Pour l’instant, je trouve qu’il écrit trop fin et la plume est un peu dure, on verra si les choses évoluent avec le programme chargé que j’ai prévu (toujours ce fichu « projet professionnel »…).

On peut noter la proximité avec le superbe « Sérénité » de Waterman :

serenite_

Forme très actuelle, qu’on trouve en plus classique dans des modèles plus accessibles, tels le « Noa » de Stypen :

noa

Comment résister ? !

Publicités
One Comment leave one →
  1. urgonthe permalink
    13 juin 2011 19:25

    Impossible !

    Comment résister ? C’est impossible. Je partage ta passion pour les articles d’écriture et de papeterie. Mes placards sont pleins de cahiers et de carnets achetés « pour le cas où ». Les rayons de stylos, feutres et autres crayons me plongent dans l’extase, même au supermarché. (Je te dis pas ce qui arrive pour les magasins comme « Marie Papier »…) Il n’y a qu’une sorte d’outil que je n’aime pas, c’est le porte-mine.
    Ton cyprès a l’air magnifique, à l’occasion tu me diras où tu l’as eu ?
    Posté par fuligineuse, 05 février 2007 à 17:45

    Ah merci, je me sens comprise ! C’est une étrange fascination, un plaisir à utiliser de beaux objets que je ne peux pas vraiment m’offrir pour l’instant. Je commence à me faire une liste de « must have » ! Et toi, quels sont tes trésors ?
    Posté par canthilde, 06 février 2007 à 17:52

    Ho, les stylos, toute une histoire…
    Je les regarde, aussi, et je trouve ça beau, c’est comme les étalages de laine et les pots de peinture. Toutes ces couleurs, ces formes, ça me fait vibrer.
    Mais il y a toujours un truc qui m’a chagrinée : c’est délaisser un ancien stylo pour un nouveau. J’adore en avoir un nouveau, mais laisser l’autre, argh, c’est vraiment pas facile. Alors faut faire des roulements.
    Et sinon, pour les stylos qui écrivent trop fin, tu peux appliquer ma ruse de sioux : tu traces quelques traits sur du papier de verre, ou sur une lime à ongle, et ça va épaissir le bout de la plume. Bon, faut écrire, juste, pas limer comme une acharnée!!
    Posté par Fillalavanille, 06 février 2007 à 19:56

    moi, j’ai trouvé le bon stylo et le bon cahier, et j’en change pas, sauf pour les couleurs, j’ai tout essayé gel, bille, fluo…
    Posté par ernestine, 06 février 2007 à 23:11

    J’avais un stylo à plume, un vieux Parker, que je trainais partout avec moi, j’adorais son écriture douce et épaisse. Je l’ai perdu un jour de renversage de sac. Depuis je cherche toujours celui qui m’offrira de nouveau ce confort … En attendant j’ai jeté mon dévolu sur les stylo feutre (type Ball Pentel).
    Posté par Fleur, 12 février 2007 à 16:51
    Quel drame !

    Oui, on ne dira jamais assez combien c’est dur de trouver un stylo à notre convenance ! J’ai l’impression qu’il faut vraiment taper dans le haut de gamme pour choisir une taille de plume épaisse et se sentir immédiatement à l’aise. Généralement, c’est quand j’ai bien « ramolli » un stylo que je le fais accidentellement tomber par terre plume la première, et à partir de là, malgré des tentatives de redressement, ça gratte…
    Posté par canthilde, 13 février 2007 à 13:30

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :