Skip to content

Je m’incline bien bas…

10 avril 2007

Lorsque j’ai déclaré adorer écrire avec des stylos bon marché sur du papier bas de gamme, j’aurais du être pendue par les pieds et fouettée avec une poignée de bics cristal.

Je ne savais vraiment pas de quoi je parlais !

Depuis, j’ai fait l’expérience de l’écriture avec un Lamy 2000 sur du papier Clairefontaine. C’est absolument incomparable ! Je n’ai plus qu’à ranger tout au fond du placard cet affreux Bic (encore !) X-Pen (une curiosité pour moi, quand j’avais vu que Bic se mettait aux stylos plume). Il faudrait déjà qu’il écrive, pour mériter le nom de stylo !

Mon regain d’intérêt pour les instruments d’écriture m’a soudain fait prendre conscience que je n’avais pas à me contenter de stylos de supermarché, à l’écriture trop fine et jaunâtre (due aux cartouches d’encre noire de sous-marques). Il m’a surtout fait prendre conscience que les collections luxueuses des grandes marques n’étaient pas seulement belles à regarder, mais offraient également une qualité d’écriture inégalée. Bien sûr, le prix n’est pas le même, mais ce n’est pas comme si j’avais un budget coiffure…

J’aime les stylos au diamètre suffisamment épais pour une bonne prise en main, à la plume large déposant un beau trait nuancé d’encre de couleur franche. Sans forcément passer par les Montblanc, d’un prix prohibitif pour la plupart des gens, j’ai compris que je pouvais obtenir immédiatement ce résultat en choisissant bien le modèle dès le départ, et non en espérant faire à la longue à mon écriture une affreuse plume rigide.

Ensuite, est venue la fascination pour les encres. Je pratiquais couramment le noir et le violet Waterman, voire le turquoise, mais je ne rêvais même pas de trouver un jour un vert forêt bleuté ou un indigo resplendissant. En fait, ces couleurs sont fabriquées aux Etats-Unis et pas forcément faciles à trouver en France. J’ai réussi à mettre la main sur la couleur Tanzanite de Private Reserve à Paris, maintenant je vise les subtiles nuances des verts foncés de Noodler’s. Je me verrais bien essayer aussi différents marrons, rouilles, cuivrés… Est-ce de l’excentrisme, de la préciosité ? J’en suis encore loin, à lire l’hilarant blog d’Ink Quest. Pas étonnant que les vendeurs des boutiques de stylos soient aussi courtois, quand ils se coltinent tous les jours des ahuris aux doigts tâchés d’encre, aux demandes trop précises nourries par une passion dévorante !

P1000478

(Encre Montblanc Vert anglais, stylo Lamy 2000 plume moyenne)

Advertisements
One Comment leave one →
  1. urgonthe permalink
    13 juin 2011 19:20

    Je comprends mieux ta remarque chez moi sur les couleurs des encres. Tu es une connaisseuse !

    C’est vrai qu’au collège puis au lycée j’avais également une belle collection de stylos plumes (le « belle » s’entend rapport à mes moyens financiers de l’époque), un de mes oncles (ou cousins) italiens m’en ayant un jour offert un vrai beau qui m’avait permis de découvrir le bonheur du confort d’écriture.
    Et puis plusieurs fois je me les suis fait voler (par exemple en laissant son sac en salle de cours le temps du déjeuner, dans les vestiaires pendant la gym etc.) alors j’avais pris l’habitude de petits stylos plume bon marchés dont, élève studieuse, je finissais par USER les plumes.

    Adulte je suis devenue collectionneuse … par inadvertance. Je les égare souvent, rarement perdus pour de vrai mais déposés ailleurs. J’en rachète un, plus tard je retrouve le premier du coup j’en ai deux.

    De ma jeunesse colorée d’Italie où la papeterie était déjà d’une fantaisie débridée quand en France elle était très sage, j’ai gardé un amour pour les cahiers et les carnets. J’adore aussi faire du recyclage, me réapproprier d’anciens cahiers à peine entamés.

    Depuis un peu plus d’un an j’écris avec un Parker « Frontier » vert sombre (couleur du stylo pas de l’encre) trouvé un jour gris à la librairie papèterie de Clichy la Garenne. Je ne parvenais plus à remettre la main sur mon plume de l’époque, étais en arrêt maladie et donc minutée dans mes sorties (1). Du coup j’étais allée au plus près. Cela m’avait permis de tomber sur le (alors) nouveau livre d’Aurélie Filippetti « Un homme dans la poche », qui était le livre qui m’a sauvée à ce moment-là, et sur ce stylo qui devait être l’un des seuls qui restaient à part les fantaisistes pour adolescent(e)s. Il ne coûtait pas trop cher, je ne crois pas, et sa plume est d’une souplesse et d’un confort pour moi parfaits. J’aime qu’il cache ce trésor sous une apparence toute simple, voire désuette.

    Merci pour Ink Quest, très drôle effectivement.

    (1) Ce système d’heures autorisées est bien mal adapté aux besoins des malades. Certes certaines pathologies nécessitent d’être cloués au lit, mais pour d’autre et en particulier une convalescence, on peut au contraire avoir besoin de marcher, de s’aérer et le corps et la tête. Y aurait-il vraiment plus (+) de fraude si on faisait simplement confiance aux gens ?
    Posté par gilda, 13 avril 2007 à 14:07

    Je ne suis pas encore une connaisseuse mais je me renseigne, je regarde les noms de marques et de modèles qui reviennent le plus souvent (Parker semble d’ailleurs très populaire, surtout le 51). Jusque là, mes achats ont été motivés par des occasions, parce que c’est vite coûteux, ces petites choses là ! Mais il faut reconnaître qu’un stylo qui glisse tout seul sur la page (je n’ai pas dit qui écrit tout seul !), c’est beaucoup moins fatigant quand on écrit beaucoup qu’une camelote à la plume trop sèche.
    Posté par canthilde, 14 avril 2007 à 13:19

    J’utilise personnellement, depuis des années, une belle encre sépia, que j’achète par boites de cent cartouches — nettement plus économique. Une couleur qui rappelle celle de l’encre vieillie de certains très anciens manuscrits, ou encore celle du brou de noix que j’utilise couramment pour la calligraphie.
    Posté par Thierry, 18 avril 2007 à 00:43

    Il faudra que tu me donnes le nom de ton encre sepia. Les nuances varient beaucoup d’une marque à l’autre !
    Posté par canthilde, 18 avril 2007 à 22:10
    Noir, c’est noir

    C’est drôle mais alors que j’aime beaucoup les stylos, je suis assez indifférente aux encres. Je préfère de toute façon le noir absolu et je m’y tiens.
    Posté par fuligineuse, 24 avril 2007 à 13:43

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :