Skip to content

Harry Potter and the Deathly Hallows

25 juillet 2007

C’est un événement international, on en bave d’envie depuis des mois, la tension monte… Enfin, les premières tonnes de Harry Potter and the Deathly Hallows sont en vente ! Et, déjà, sites Internet et journaux d’information divulguent des spoilers, fin comprise. Je suis scandalisée, je n’ose plus écouter la radio. C’est que j’ai pris l’habitude d’attendre la sortie française en poche pour acheter les livres de JK Rowling ; ils prennent bien assez de place comme ça. Mais pour ça, il faut attendre un an et demi. Vais-je céder à la tentation ?… Oui. Comme Harry, j’éprouve une attirance immodérée pour les actes prohibés. Je me procure un fichier d’une manière répréhensible (en fait, je m’en procure plusieurs, certains prouvant rapidement leur origine douteuse). Je commence à lire un premier chapitre qui me paraît ressembler fort à celui du livre. Je coupe le téléphone et me lance, en espérant ne pas me tromper…

Verdict : c’est du bon boulot, mais il ne faut pas oublier que la série s’adresse avant tout à des enfants, ce qui réduit l’amplitude du projet.

HP7 est sans nul doute un véritable bonheur pour les fans. Il offre l’occasion de revoir une bonne partie des personnages rencontrés depuis le début de la série, avec son lot d’émotions. Chaque lieu parcouru exhale la nostalgie du temps passé, tandis qu’on le visite avec un regard différent et un but bien précis.

Ce dernier volume est nettement moins scolaire que les précédents, à savoir que Poudlard n’en constitue pas la scène principale. L’habituel humour potache qui baignait les cours de magie en est donc absent, avec ses potions qui tournent mal et ses énumérations de créatures loufoques.

Comme on pouvait s’y attendre, le septième tome tourne rapidement à une grande chasse au trésor (de la mooort). L’intrigue semble tout d’abord plus soulever de nouveaux mystères qu’elle ne résoud les anciens. Les dangers ténébreux enserrent les héros dès les premiers chapitres. Les premiers morts tombent (au total, il y en aura beaucoup plus que les deux annoncés).

Harry n’a jamais semblé aussi démuni face à des dangers insurmontables. La magie noire atteint des sommets d’horreur, prenant les héros par surprise malgré toutes leurs précautions. Même en sachant que la quête allait être difficile, on se prend à douter de leurs chances de réussite, voire de survie tout court.

C’est véritablement l’entrée dans l’âge adulte. Harry commence à questionner le jugement des personnes qui l’entourent. L’image de la personne qu’il idolâtre le plus au monde, Dumbledore lui-même, menace de se fissurer. Ayant atteint l’âge de la majorité, il devient libre de ses actes et assume des choix difficiles. Ici, JK Rowling sait prendre un ton pédagogique pour expliquer de grands thèmes moraux aux enfants (c’est aussi le but de la littérature jeunesse). Il est question d’honneur, de sacrifice, de loyauté, de courage, de la nécessité de sortir de l’adolescence. J’ai noté encore une fois les valeurs ultra classiques, patriarcales véhiculées avec mariage traditionnel, la mariée au bras de son père, mères de famille spécialistes de sorts ménagers, familles nombreuses pour tous les couples. Dans l’ensemble, pas de quoi choquer dans les rayons jeunesse et une nette tendance aux bons sentiments dégoulinants sur la fin.

Une fin ténébreuse à souhait, qui vérifie mes hypothèses post HP6, même si je l’aurais préférée encore plus sombre. En fait, certains thèmes avaient tellement été rebattus dans certains forums que les voir couchés sur le papier apparaissait de l’ordre de l’évidence. Certaines scènes étaient exactement comme je les avais imaginées ; j’ai versé une larme sur l’un des personnages. Le destin de quelques uns d’entre eux est d’une tristesse insondable.

JK Rowling, Harry Potter and the Deathly Hallows,
Bloomsbury, 2007, 608 pages.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :