Skip to content

Possession

4 octobre 2007

Roland Michell, pauvre thésard dont le couple s’effiloche, sent qu’il est sur le point de faire une découverte capitale lorsqu’il retrouve le brouillon d’une lettre galante dans les papiers du poète victorien Ash. Connu pour sa paisible vie domestique, celui-ci aurait-il vécu une passion secrète ?

Rassemblant les indices avec une autre chercheuse, la très hautaine Maud Bailey, Roland devra visiter quelques manoirs, parlementer avec les descendants méfiants d’une poétesse lyrique, remettre en question sa vocation et la tournure désastreuse prise par sa vie sentimentale.

Le texte n’est pas linéaire. Entrecoupé d’extraits de journaux, de poèmes grandiloquents et d’analyses post-modernes (ici, Byatt rend ces écrits inventés crédibles, tout en distillant une pointe d’ironie dans ces genres stéréotypés), il nous plonge aussi bien dans les conflits universitaires de la fin du XXe siècle que dans la vie conventionnelle de l’Angleterre du XIXe siècle.

L’autrice souligne avec sensibilité la difficulté pour les femmes de vivre librement, affranchies du destin d’épouses et mères, au prix d’une tension personnelle parfois fatales pour leur épanouissement. Il me semble qu’elle pose de bonnes questions sur la moindre valeur accordée aux productions artistiques féminines, l’auto-dépréciation dont se rendent victimes ces femmes au lieu d’affirmer leur talent. Les différentes histoires d’amour qui se répondent d’une époque à l’autre n’ont rien de simpliste et ne constituent pas la quête unique des personnages.

Après Le conte du biographe, je suis une nouvelle fois enchantée par l’écriture d’A. S. Byatt, dont l’univers se révèle cohérent, au point d’être parfois répétitif, tant certains thèmes lui tiennent à cœur. Ces deux livres sont décidément très proches et je suis curieuse de lire les autres pour vérifier si elle creuse les mêmes sujets ou se renouvelle totalement au fil du temps.

A.S. Byatt, Possession, Flammarion, 1993,
508 Pages (lauréate du Booker Prize en 1990).

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :