Skip to content

La Colère des aubergines

21 novembre 2007
tags: ,

Certains livres provoquent un effet véritablement physique. C’est ainsi que la Colère des aubergines m’a fait saliver furieusement de la première à la dernière page ! Un peu de plus, et il m’aurait fallu un bavoir.

Alléchée par certains compterendus du club des théières, j’en touchai deux mots à l’hôte de mon logis du week-end qui, tout sourire, plongea dans l’étagère la plus proche pour brandir le mince volume sous mes yeux ébahis. Ma lecture de laverie du lendemain était toute trouvée. Les nouvelles composant ce recueil se situent dans l’Inde contemporaine. Cuisines et salles à manger y sont le cadre de relations tumultueuses entre les habitants des maisonnées visitées.

La nourriture est le vecteur de tous les sentiments : l’amour, plus ou moins bien démontré, dans « En sandwich ! » et « Folie de champignons », orgueil et ambitions sociales sans frein dans « Concours d’agapes » et « Qui meurt dîne », mépris  dans « La colère des aubergines » (oui, la haine peut s’exprimer en gavant quelqu’un avec un succulent festin !). Et quelle nourriture ! Epicée, colorée, mêlant saveurs et textures… On n’a qu’une envie, c’est de tester toutes les recettes données à la fin de chaque récit.

A travers la cuisine, c’est toute la société indienne qui défile, avec une place de choix faite aux femmes, les choses étant ce qu’elles sont. Dépourvues de travail (du moins, rémunéré), cantonnées au foyer, abdiquant leur liberté pour des mariages bricolés entre familles d’une même caste, comment s’étonner qu’elles s’arrogent un pouvoir tyrannique sur le domaine étroit qui leur est imparti, comme la terrible grand-mère de la narratrice dans « Dida le dit avec des choux-fleurs » ? L’écriture, vivante et drôle, nous fait partager leur quotidien par petites touches justes et souvent émouvantes.

Bulbul Sharma, La Colère des aubergines,
Editions Philippe Picquier, 2002, 202 pages.

Publicités
One Comment leave one →
  1. 17 août 2011 10:18

    Je suis ravie qu’il t’ait plu!
    Posté par fashion victim, 21 novembre 2007 à 22:47

    Heureuse qu’il t’ai plu aussi! C’est un recueil vivant, attachant et très intéressant!
    Posté par chiffonnette, 24 novembre 2007 à 20:24

    Cela semble tentatn effectivement et je n’y connais rien en littératures indienne. je le note.
    Posté par Michel, 25 novembre 2007 à 15:48

    Il peut constituer une excellente introduction à la littérature indienne ! Moi non plus, je n’y connais rien et je commencerai par regarder si l’auteure a écrit autre chose.
    Posté par canthilde, 26 novembre 2007 à 20:08

    Ce n’est pas la première fois que j’entends parler de ce livre, je le note sur ma LAL. Merci.
    Posté par freude, 19 décembre 2007 à 14:5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :