Skip to content

L’immeuble Yacoubian

17 décembre 2007
tags:

C’est l’histoire d’un immeuble dans un quartier du Caire sur le déclin, peuplé d’individus confrontés à leur échec, que ce soit sous la forme du bilan amer de la vieillesse ou de la rage face aux obstacles insurmontables aux rêves les plus ordinaires.

La nostalgie est de mise face à une société corrompue, où l’extrémisme religieux le plus intolérant prend le pas sur le plaisant cosmopolitisme des décennies précédentes. La pauvreté accule jeunes gens des deux sexes à la prostitution, parfois déguisée sous les traits d’un mariage convenable ou d’un contrat de travail dont les primes se négocient dans l’arrière-boutique…

Les personnages nous sont montrés dans leurs démarches quotidiennes, souvent humiliantes. Le style est clair et vivant, un peu simpliste dans certains portraits, alors que d’autres se montrent touchants dans leurs fragilités. Le livre commence et finit avec le personnage emblématique de Zaki Dessouki, vieil homme aux ambitions contrariées ou abandonnées en cours de route, il ne sait plus trop bien, contraint de se droguer pour poursuivre sa passion dévorante des femmes de la ville… Les dernières pages sont très troublantes car, bien que les personnages principaux aient atteint une certaine forme de bonheur, celui-ci ne ressemble en rien aux espoirs qu’ils avaient nourris.

Alaa El Aswany, L’Immeuble Yacoubian, Actes Sud, 2006, 325 pages.

Publicités
One Comment leave one →
  1. 19 août 2011 12:28

    Il est dans ma PAL 2008!
    Posté par katell, 18 décembre 2007 à 09:30

    Bon choix ! Tu le liras certainement très vite. Mais il laisse quelques séquelles…
    Posté par canthilde, 18 décembre 2007 à 12:58

    J’ai très envie de le lire aussi après avoir entendu l’auteur parler de son projet et l’animatrice dire que cela ressemblait à la vie mode d’emploi de Perec (mon auteur chouchou, que je t’inviterai volontiers à mette sur ta liste des « kultes et klassiques ») à la place de Christine de Pisan (ou sinon pour 2009…)
    Posté par Elou, 18 décembre 2007 à 17:07

    On peut effectivement faire une comparaison avec Perec (que j’ai déjà lu !), bien que la technique soit moins systématique chez El Aswany.
    Posté par canthilde, 18 décembre 2007 à 19:24

    Ca fait un moment que je me dis qu’il va falloir que je me lance! Tu termines de me convaincre! J’aimerais bien voir le film aussi!
    Posté par chiffonnette, 20 décembre 2007 à 11:32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :