Skip to content

Le Treizième conte

22 février 2008

Margaret Lea ne mène pas une vie très folichonne. La petite librairie qu’elle tient avec son père constitue tout son univers, les livres ses seuls amis. La jeune femme vit écrasée par le poids du secret que lui ont imposé ses parents, sans se douter qu’elle avait découvert la vérité : elle avait une sœur jumelle, qui est morte à la naissance. Torturée par un manque indéfinissable, Margaret ne vit qu’à moitié.

Dans une lettre surprenante, la célèbre écrivaine Vida Winter lui demande si elle veut bien écrire sa biographie, l’un des passe-temps de l’héroïne. La requête est d’autant plus inattendue que « Miss Winter », adulée par les foules, n’a jamais jugé bon de livrer des détails plausibles sur elle-même aux journalistes venus l’interviewer. Bien qu’assez méfiante, Margaret accepte et se fait héberger plusieurs semaines dans la demeure peu hospitalière de l’écrivaine.

Lorsque celle-ci commence à lui raconter une histoire (mais est-ce bien la sienne ?), nous sommes entraînées à l’instar de l’héroïne effacée dans un manoir abritant une famille peu conventionnelle. C’est l’histoire de deux jumelles, à l’esprit manifestement aussi dérangé que celui de leur mère…

Le récit alterne ainsi les propos de Vida Winter et l’enquête minutieuse à laquelle se livre Margaret de son côté pour vérifier leur authenticité. Je n’ai pas été passionnée outre mesure par ce livre, tout en le trouvant plaisant, bien construit. Le huis-clos familial m’a semblé oppressant, avec des personnages tous plus timbrés les uns que les autres. Diane Setterfield a forcé la comparaison avec Jane Eyre, roman auquel ses personnages font fréquemment allusion. Les goûts de l’héroïne, férue de littérature, se cantonnent d’ailleurs aux classiques anglais du XIXe siècle (Jasper Fforde ne sort guère non plus d’une petite liste de références).

Plus que l’intrigue fleurant bon l’histoire de fantôme, j’ai remarqué un talent certain pour développer la psychologie des personnages. L’autrice semble très bien documentée sur la psychologie des jumeaux. J’ai bien aimé le personnage d’Hester, la gouvernante à l’intelligence acérée, s’absorbant dans le travail scientifique au point d’ignorer ses propres émotions. Parmi les autres personnages secondaires, le médecin de Vida Winter fait des apparitions toujours drôles avec son humour pince sans rire.

Une écriture bien maîtrisée, qui use un peu trop de formules convenues des thrillers, telle « je sentis un regard se poser sur ma nuque ». L’héroïne parvient à être émouvante à travers ce qu’elle veut bien nous dire sur elle-même. Et une belle réflexion en toile de fond sur ce qui pousse à écrire.

Diane Setterfield, Le Treizième conte, Plon, 2007, 389 pages.

Advertisements
One Comment leave one →
  1. 19 août 2011 12:26

    J’ai lu aussi et j’ai beaucoup aimé! Comme je ne lis presque jamais de polars, je n’ai pas pu remarquer les formules toutes faites mais j’ai aimé l’univers envoûtant, victorien à souhait!
    Posté par Karine, 25 février 2008 à 03:22

    je ne lirai jamais tout ça mais c’est bien agréable d’en lire le résumé comme ça … peut être qu’un jour il faudra que j’en ai le temps ;o) je rêve d’une retraite entre une théïère et une bibliothèque ;o))
    Posté par Emelire, 26 février 2008 à 22:17

    Karine : disons que c’est connoté « mystère ». Et en plus, au début, elle s’excusait de cette formule toute faite, mais après elle la réutilise régulièrement. Mais c’est sûr que ça met dans l’ambiance !
    Emelire : j’en profite pendant que je peux ! Dans la retraite de rêve, j’ajouterais le chat entre la théière et la bibliothèques.
    Posté par canthilde, 27 février 2008 à 09:12

    Toujours dans ma PAL aussi passai-je la lecture de ton commentaire
    Posté par katell, 28 février 2008 à 17:43

    Quant à moi j’ai adoré ce roman, ça a été un gros coup de coeur! Comme quoi des goûts et des couleurs…
    Posté par Grominou, 29 février 2008 à 12:04

    J’en ai beaucoup entendu parlé et je pense que je vais tenter l’expérience!
    Posté par chiffonnette, 29 février 2008 à 19:05

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :