Skip to content

Maison de poupée

12 mai 2008

Lettre I du Challenge ABC 2008

Cette pièce, écrite en 1879, est une véritable dénonciation du marché de dupes que constitue le mariage lorsque la femme, perpétuelle mineure, n’a aucune alternative entre l’autorité de son père et celle de son mari. Sous l’apparence idyllique d’un couple uni, on s’aperçoit bientôt du rôle que Nora est obligée de jouer en permanence devant sa famille. Pour tout le monde, elle est futile, frivole, un joli « étourneau » selon son mari, qui bougonne pour la forme quand il doit payer pour ses frasques  mais est au fond ravi d’entretenir un ravissant bibelot, occupé tout entier à lui plaire.

L’irruption d’amis et de profiteurs en tout genre, à l’occasion de la promotion du mari, fait craqueler cette surface si lisse. Nora a du consentir à de lourds sacrifices pour maintenir le train de vie de la famille. Endettée, passible de poursuites judiciaires, elle prend peu à peu conscience de la farce qu’elle est en train de jouer. Tout occupée à remplir ses « devoirs les plus sacrés » envers son mari et ses enfants pendant toutes ces années, n’a-t-elle pas oublié qui elle était, elle, en tant que personne ?

Ma culture théâtrale est limitée ; je n’ai jamais rien vu ou lu d’Ibsen auparavant. Le thème de la pièce m’a bien sûr semblé intéressant, mais son traitement un peu trop « sec », impression que j’aimerais corriger en assistant à une de ses représentations.

Henrik Ibsen, Maison de poupée, Actes Sud, 1987, 85 pages.

Publicités
One Comment leave one →
  1. 15 août 2011 19:06

    C’est une pièce que je souhaite lire depuis longtemps… j’adore lire du théâtre et le thème m’intéresse beaucoup, surtout que la pièce a été écrite il y a un moment déjà!
    Posté par Karine, 13 mai 2008 à 00:13

    J’ai moins d’attirance que toi pour la lecture de pièces mais celle-ci se lit facilement, rapidement. Cette pièce a fait scandale à sa sortie, pour qu’elle soit jouée l’auteur a du en modifier la fin !
    Posté par canthilde, 15 mai 2008 à 20:48

    Cette illustrissime pièce m’a paru un peu superficielle et son thème est devenu, par la suite, tellement éculé que « La maison de poupée  » n’est plus, à mon sens, qu’une pièce d’anthologie..
    Posté par sybilline, 16 mai 2008 à 17:09

    Ce titre m’attirait beaucoup et ton article met en avant beaucoup d’aspects qui devraient également m’intéresser. Merci pour cette belle analyse !
    Posté par Lou, 19 mai 2008 à 23:34

    J’ai lu plusieurs pièces d’Ibsen dont celle-ci et j’ai du mal à m’en souvenir ne l’ayant pas vu jouer.
    Par contre j’ai vu « Le Canard sauvage » et j’en garde un souvenir fort.
    Rares sont les dramaturges dont on peut se contenter de lire les pièces sans une mise en scène à l’appui.
    Posté par Dominique, 23 mai 2008 à 18:32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :