Skip to content

A Feast for Crows

30 juillet 2008

Toute fan de la série A Song of Ice and Fire, impatiente de lire la suite, a pris connaissance de l’embrouille : George R.R. Martin n’a pas réussi à écrire un quatrième tome dans les temps. Disposant d’un énorme manuscrit, il (sa maison d’édition ?) a décidé de publier deux tomes séparés à la place, A Feast for Crows puis A Dance with Dragons. Là où ça devient embêtant, c’est qu’il a sabré la moitié des personnages principaux auxquels on était habituée, et en a introduit de nouveaux…

J’ai bien aimé les nouveaux points de vue féminins de personnages qu’on a déjà rencontrés sans savoir ce qu’ils pensaient vraiment, notamment  Brienne et Cersei. L’occasion de confirmer que Brienne est sûrement la seule sur le continent à défendre honnêtement les valeurs de la chevalerie, tandis que Cersei, désormais régente du royaume, est vicieuse et folle à lier, torturée par une prédiction sinistre. Des deux jumeaux Lannister, ce n’était pas Jaime le tortionnaire, il n’agissait que par faiblesse (« The things I do  for love ! »). Par contre, le manque des chapitres Daenerys et Tyrion s’est fait sentir ; c’est là que je me suis rendue compte que c’étaient mes personnages préférés !

Il faut en plus se farcir deux nouvelles régions, avec divers prétendants au trône, cour, coucheries en tout genre. Du côté des Iles de Fer, une région de durs à cuire vénérant la mer, la mort du roi Balon provoque des remous dans la succession, surtout lorsque sa fille Asha entend se porter candidate, au vif mécontentement de ses oncles. Autre dilemme du côté de Dorne (désert, épices, amours lascives), où la famille royale crie vengeance suite à la mort, pourtant parfaitement légale, d’Oberyn aux mains de Gregor Clegane.

J’ai trouvé davantage de remplissage dans ce livre que dans les précédents. Les chapitres Sam et Sansa sont particulièrement fastidieux ; trente pages pour décrire la descente des Eyries à dos de mulet, non ! Parmi les autres défauts qui pourraient devenir gênant, les scènes de sexe avec lesbiennes à gros seins se multiplient ; de manière générale, il y a pas mal de descriptions de poitrines généreuses, ce qui m’a fâcheusement rappelé les derniers tomes de la série Wheel of Time.  Il ne faudrait pas que Martin tourne mal à la Robert Jordan, ça serait pathétique… Avec tout ça, je reste ma faim et je me languis de la suite.

George R. R. Martin, A Feast for Crows, Bantam Spectra, 2005, 976 pages.

A Song of Ice and Fire :

A Game of Thrones
A Clash of Kings
A Storm of Swords
A Feast for Crows
A Dance with Dragons

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :