Skip to content

Sauvez Hamlet !

23 novembre 2008

Enfin de retour dans le monde réel ! Il était temps, parce que je commençais à m’ennuyer ferme dans la Jurifiction, la police du monde des livres, dans lequel s’embourbait Thursday Next depuis deux tomes. Elle aussi en a marre, courir après le Minotaure à travers des romans fantasy, ça va un temps, mais elle a un fils de deux ans à éduquer un minimum, sans parler d’un mari éradiqué à détuer à l’occasion. Bref, elle rentre à Swindon, pour reprendre son poste chez les OpSpecs.

Là, je dois dire que j’ai adoré ce quatrième tome, que je place au même niveau que le premier. Pourtant, il est aussi déroutant que les autres livres de Jasper Fforde, avec son scénario fantaisiste, ses blagues un peu nazes, mais aussi un humour très fin par moment, avec des allusions drôlatiques à la littérature. Cette fois, Thursday se retrouve avec Hamlet sur les bras, échappé de sa pièce. Rien de grave à ce qu’un prince danois arpente les rues de Swindon et dragouille l’invitée d’honneur de Madame Next, me direz-vous. Sauf que les autres personnages en profitent pour avoir le beau rôle dans la pièce, ce qui aboutit à une mutation littéraire désormais désignée par le titre Les joyeuses commères d’Elseneur, et une perte immense pour la culture. Mais ceci n’est que le moindre des problèmes de notre héroïne. Ne parlons pas du dodo sanguinaire, du match des Maillets de Swindon contre les tapettes de Reading, d’une accusation de traffic de fromage, des hybrides en liberté, de la réincarnation de St Zvlkx, de la tueuse à gage, de l’élection de Yorrick Paine et, accessoirement, de l’apocalypse qui risque de transformer la terre en « tas de cendres radioactives »…

– Alors, qu’est-ce qui a fusionné avec Hamlet ?
– Ca s’appelle maintenant Les Joyeuses Commères d’Elseneur, et on y voit Gertrude se faire courser autour du château par Falstaff tout en se faisant semer par Mistress Page, Ford et Ophélie. Laerte est le roi des fées, et Hamlet est relégué à un petit rôle de seize lignes où il accuse le Dr Caius et Fenton d’avoir conspiré l’assassinat de son père pour sept cents livres sterling.
Je poussai un gémissement.
– Et ça ressemble à quoi ?
– Le temps que ça devienne drôle, tout le monde meurt. [p. 206]

J’aime beaucoup ce que Jasper Fforde a fait de son héroïne. La maternité ne l’a pas du tout assagie, bien au contraire ! Elle n’hésite pas à bastonner des individus patibulaires d’une main tout en tenant son fils de l’autre, en pensant à le retourner « pour éviter de semer la graine de la violence dans son jeune esprit ». J’aime encore plus ce qui apparaît comme la critique du pouvoir totalitaire la plus percutante depuis Harry Potter et les reliques de la mort, avec la main-mise de l’énorme groupe Goliath et son dictateur aussi subtil qu’un personnage de série B (normal, c’en est un), qui décide d’adopter un mode de gestion par la foi. Sous la bonne humeur, une critique au vitriol de la société du spectacle, avec la désignation soudaine des Danois comme boucs émissaires, que les médias se mettent à accuser de tous les maux, ou encore l’émission « Questions directes à esquiver », où les deux invités font assaut de mauvaise foi et ont recours aux bébés animaux comme argument ultime. Malgré les apparences, un roman décidément très ancré dans la réalité ! L’auteur a bien redressé la barre et j’espère bientôt lire Le Début de la fin, dernier tome de la série.

Jasper Fforde, Sauvez Hamlet !, Fleuve Noir,
2007, 487 pages (Something Rotten, 2004).

Série « Thursday Next » :

L’Affaire Jane Eyre
Délivrez-moi !
Le Puits des Histoires Perdues
Sauvez Hamlet !
Le Début de la fin

Advertisements
One Comment leave one →
  1. 14 juillet 2011 17:00

    Blagues un peu nazes et fantaisie. C’est pour moi! Et je n’ai toujours pas lu le premier tome. Quelle honte!
    Posté par Isil, 24 novembre 2008 à 14:25

    Je viens de dévorer le tome 2, et tu m’inquiètes à dire que Thursday te gonflait..
    Posté par Lilly, 24 novembre 2008 à 16:07

    Je suis en train de le lire! Il faut me voir dans le métro, me bidonner toute seule! Quel plaisir!
    Posté par chiffonnette, 24 novembre 2008 à 19:22

    Isil : Ca peut être une bonne chose d’attendre, le cinquième tome vient juste de sortir en grand format, tu pourras tous les lire à la suite (attention à l’indigestion) !

    Lilly : J’ai trouvé le tome 3 un peu faiblard, en effet. Mais prise globalement, j’adore cette série ! C’est drôle, décalé, très critique sur la société actuelle tout en étant une uchronie…

    Chiffonnette : Et quel plaisir de t’imaginer en train de rigoler dans le métro ! Certains dialogues de ce roman me font encore rire en y repensant, par exemple celui entre Thursday et Spike sur les bibliothécaires.
    Posté par canthilde, 24 novembre 2008 à 20:29

    Je suis super fan! Contrairement à toi, ça ne m’a pas duuu tout dérangée de la voir se balader dans des romans à la recherche de minautaures! j’adore l’humour de Fforde!
    Posté par Karine :), 30 novembre 2008 à 18:57

    Ah encore des fans de Fforde et de Thursday Next. Patience pour Le début de la fin .(Je l’ai lu mais n’en dévoile bien sur pas trop, de toute façon c’est bien )
    C’est vrai que le retour dans le monde réel pour Sauvez Hamlet fait du bien , le tome 3 m’a moins plu.
    Posté par keisha, 04 décembre 2008 à 20:15
    Chic!

    Je viens de le commencer, et je suis surpris en bien: j’avais eu du mal à entrer dans le première volume de la série.

    Alors comme ça, il y a un tome 5!?
    Posté par DF, 11 juillet 2010 à 22:14

    Bien sûr, le tome 5 s’intitule « le début de la fin » et, comme l’a souligné Keisha, c’est super bien !
    Posté par canthilde, 14 juillet 2010 à 13:14
    Bonjour!

    J’en parle chez moi en ce jour… ici:

    http://fattorius.over-blog.com/article-il-y-a-quelque-chose-de-pourri-dans-jasper-fforde-54107660.html

    Ce livre m’aura permis de découvrir votre blog!
    Posté par DF, 18 juillet 2010 à 20:20

    Merci, très cher. C’est une bonne entrée en matière ! J’espère n’avoir pas trop dévoilé l’intrigue dans cette note. Mais il serait impossible de résumer clairement un roman de Jasper Fforde, je me suis contentée de faire une petite énumération de thèmes y apparaissant, qui doivent avoir un effet sidérant pour les non connaisseurs.
    Posté par canthilde, 18 juillet 2010 à 23:11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :