Skip to content

Le chat qui venait du ciel

29 novembre 2008
tags: ,

Le narrateur et sa femme (elle ne sera jamais nommée) emménagent dans le pavillon attenant à une maison traditionnelle d’une rue calme de Tokyo. Travaillant dans l’édition, il ressent le besoin de faire une pause, de prendre le temps d’écrire.

Un merveilleux petit animal vient leur rendre visite. C’est Chibi, le chat des voisins, qui se sent chez lui partout. Le couple passe de longues heures à l’admirer, jouer avec lui, l’amadouer avec de bons petits plats. Les mouvements du chat sont décrits avec une incroyable justesse ; c’est la grâce faite félin.

Un après-midi après l’équinoxe de printemps, Chibi revint en tenant un moineau entre les dents. Le poil dressé, il ronronnait, faisait exprès de courir avec bruit d’un bout à l’autre du pavillon. Le corps aplati puis redressé, en position de combat, il frémissait d’excitation. Je connaissais cette habitude qu’ont les chats de venir présenter à leur maître la proie qu’ils ont chassée, mais la façon dont Chibi parcourut la maison en tout sens sans cesser de ronronner, plusieurs fois, semblait indiquer que c’était au pavillon lui-même qu’il voulait la montrer. Puis il partit dans le grand jardin, à un endroit où poussait du colza, et joua avec l’infortuné moineau jusqu’à ce que celui-ci cesse de remuer.

Le couple s’y attache de manière quelque peu excessive. Le narrateur ne craint pas d’avouer la place que Chibi a pris dans sa vie. Son épouse l’aime encore plus que lui ; elle le respecte au point de ne jamais tenter de le prendre dans ses bras, le chat n’y tenant pas.

Ce livre offre un aperçu intéressant de la sensibilité japonaise, avec un certain rapport à la maison, au paysage, aux autres êtres vivants. Je l’ai trouvé très rafraîchissant, dépaysant tout en étant familier : tous les chats du monde se ressemblent !

Hiraide Takashi, Le chat qui venait du ciel,
Editions Philippe Picquier, 2004, 109 pages.

Publicités
One Comment leave one →
  1. 17 août 2011 11:11

    je parcours tes livres et trouve ici notre 2ème point commun qui est aussi sur un livre japonais , celuici etait vraiment très poétique, c’est rafraichissant des livres comme ça , ça nous fait sortir la tête du guidon, j’aime beaucoup..à bientot sur ton blog
    Posté par kittyscarlett, 02 mars 2009 à 23:46

    Oui, les descriptions du chat sont très naturelles, et puis j’aime bien l’attachement au lieu décrit par le narrateur. J’espère trouver d’autres livres du même acabit.
    Posté par canthilde, 08 mars 2009 à 11:15

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :