Skip to content

Evelina

21 décembre 2008

Evelina est l’archétype de l’héroïne romanesque : jeune, belle, orpheline à la naissance honteuse, sans le sou s’il n’y avait la générosité de son bienfaiteur, cherchant à la protéger du persiflage du monde extérieur… Pourtant, à dix-sept ans, vive et charmante comme elle l’est, il est temps de faire son entrée dans le monde. En compagnie de Mrs Mirvan et de sa fille, sa meilleure amie, elle va donc découvrir la vie londonienne, des parcs fleuris aux bals luxueux. Une inévitable intrigue sentimentale se noue lorsqu’elle croise le beau, le charmant lord Orville, qui la prend pour une gourde tellement elle se montre empruntée lors de ses premières soirées. Malheureusement, sir Clément Willoughby, un infâme libertin, n’est pas du même avis, et poursuit la pure jeune femme de ses assiduités.

Mais Fanny Burney, précurseuse présumée de Jane Austen, ne s’en tient pas là dans son premier roman. Il est aussi beaucoup question de Madame Duval, la grand-mère française de notre héroïne, une harpie vulgaire à laquelle Mr Mirvan va jouer les pires tours. Pas de politiquement correct dans cette guéguerre entre Anglais et Français, tous les coups sont permis ! Evelina va beaucoup critiquer dans ses lettre la société qu’elle est bientôt obligée de fréquenter. Elle décrit leur tenue relâchée, leur langage peu châtié (la traduction française est parfois gênante), leur comportement le plus souvent inapproprié qui la met dans des situations embarrassantes. Cela dit, elle va également s’offusquer d’être snobée par des châtelains raffinés dans la suite de ses aventures…

A travers ce roman épistolaire, on a donc un point de vue très biaisé sur la société anglaise de la fin du XVIIIe siècle, où seules les apparences comptent. Je me suis bien amusée avec cette héroïne en partie touchante, mais aussi très hypocrite (et plus oie blanche, tu meurs !). Certaines ficelles sont un peu lassantes ; ainsi, Evelina croise sir Willoughby et/ou lord Orville par hasard à chacune de ses sorties. Pourtant, Londres n’était pas si petit que ça au XVIIIe siècle, il me semble ! Mais le style est très vivant, le ton parfois impertinent, alors j’ai prévu de lire aussi Cecilia et Camilla, cette fois en anglais.

Fanny Burney, Evelina, Librairie José Corti,
1991, 444 pages (première édition en 1778).

Advertisements
One Comment leave one →
  1. 16 juillet 2011 15:22

    Il est sur ma PAL, j’ai prévu de le lire en 2009.
    Posté par Lilly, 21 décembre 2008 à 19:09

    Je trouve que ce livre est intéressant à plusieurs points de vue, seulement ce n’est pas une lecture que j’ai trouvé « facile » si on veut… Je ne sais pas trop comment l’Exprimer en fait…
    Posté par Allie, 21 décembre 2008 à 20:31

    Ah ! J’avais lu Evelina et Camilla en VO à la fin des années 80 (!) et ai relu Evelina en français cette année. Cette fois j’ai été gênée par les querelles incessantes « franco anglaises » et les tours de gamin à l’encontre d’une dame qui se garde bien de quitter les lieux…
    Mais bon c’est amusant de découvrir ce roman dont parle Jane Austen. Laquelle demeure la meilleure !
    Posté par keisha, 21 décembre 2008 à 20:40

    Lilly : Bonne lecture, alors ! c’est un livre agréable, drôle et sensible à la fois.

    Allie : Je me souviens que tu étais gênée par certains aspects. Il reflète la sensibilité d’une époque, ou plutôt se trouve entre deux : la comédie façon grosse farce d’un côté, le grand romantisme de l’autre… Evelina est une charmante jeune femme, vulnérable, mais d’un autre côté elle se montre assez impitoyable envers ceux qu’elle considère comme ses inférieurs par l’éducation. Tout ça est difficile à concilier !
    Posté par canthilde, 21 décembre 2008 à 20:43

    Keisha : Les querelles sont assez surprenantes, en effet. Je suis restée perplexe face au personnage de Mr Mirvan, mais Madame Duval fait tout pour chercher les ennuis, aussi ! Et Camilla, c’était bien ?
    Posté par canthilde, 21 décembre 2008 à 20:45

    En passant….Joyeux Noël!!!
    Posté par katell, 25 décembre 2008 à 09:38

    J’ai Carmilla sur ma Pal. Bonnes fêtes!
    Posté par Isil, 25 décembre 2008 à 22:20

    Bonnes fêtes à toutes !
    Posté par canthilde, 26 décembre 2008 à 11:06

    Isil : Carmilla la vampire de Le Fanu ou Camilla de Burney ?
    Posté par canthilde, 26 décembre 2008 à 11:07

    Réponse à ta question : Camilla, c’était 900 pages en anglais de l’époque, lues en 1987 ! Pas trop de souvenirs, mais comme j’aime les romancières anglaises …
    Posté par keisha, 26 décembre 2008 à 14:06

    Chouette alors, un gros livre en anglais ! Pas très facile à trouver, j’ai l’impression. Si tu as d’autres romancières à me proposer, je suis preneuse.
    Posté par canthilde, 26 décembre 2008 à 15:54

    Avant de te répondre j’ai fait un petit tour sur ton blog (bien rangé par siècle, très pratique !). Côté romancières, il y a chez toi Edgeworh, Austen, je suppose que les soeurs Bronte ne t’ont pas échappé, et George Eliott ? Elisabeth Gaskell ? Je reste au 19ème siècle.
    J’ai vu aussi plein de Trollope, mmhh plein d’idées là.
    Posté par keisha, 27 décembre 2008 à 17:50

    Effectivement, Jane Austen et les sœurs Bronte ont été mes premières lectures VO, il y a quelques années. J’ai enchaîné sur George Eliott, je n’ai lu que « Mary Barton » d’Elizabeth Gaskell et les autres ont l’air sympa. Donc maintenant, je vise le XVIIIe siècle; le XXe recèle aussi quelques romancières fréquentables (Barbara Pym est dans mon challenge ABC !). Finalement, il y a de quoi faire quand on aime les vieilles anglaises !
    Posté par canthilde, 27 décembre 2008 à 19:15

    D’Elisabeth Gaskell j’ai lu Wives and Daughters, Cranford et Cousin Phillis. Je te les recommande bien sûr ! North and South est dans la liste du challenge ABC , ainsi qu’un roman de Barbara Pym (ben oui !)
    Posté par keisha, 28 décembre 2008 à 07:49

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :