Skip to content

Ours

4 janvier 2009
tags:

Lettre E du Challenge ABC 2009

Lou commence à prendre la poussière au milieu des archives de l’Institut d’histoire où elle travaille. Lorsque l’organisme hérite de la collection du colonel Jocelyn Cary, son directeur l’envoie en faire l’inventaire au printemps. Le colonel s’était installé sur une île du nord du Canada, y construisant une maison prétentieuse, jurant au milieu des cabanes en rondins de la région. Exaltée par le parfum de la vie sauvage dès son arrivée, Lou découvre qu’en plus d’une belle collection de livres anciens, la maison dispose d’un ours domestique.

Il n’était qu’un amas poussiéreux de fourrure noirâtre, recroquevillé dans une porte. Il avait un long museau brun, un museau terminé par un mufle noir et sec comme du cuir. Il ouvrait de petits yeux tristes.
Ils s’observèrent l’un l’autre pendant qu’elle mangeait, ils se jaugèrent. Ses yeux étaient toujours aussi petits quand il lui fit face : mais il semblait la regarder de biais en raison de la forme de son crâne. Ce long museau brun et ces petits yeux se tournèrent donc vers elle. Il ne semblait pas dangereux, plutôt las et triste. Seul signe de vie, un frémissement des narines au tintement de sa fourchette contre l’assiette émaillée.
Elle songea : on a une idée toute faite des ours, ce sont des jouets , ou bien des ogres sauvages et carnassiers qui vous suivent à distance dans la forêt et vous reniflent avant de vous dévorer. Mais cet ours-ci est empoté. [p. 47-48]

Lou va vivre un été en toute liberté avec son compagnon velu. Entre inventaire littéraire et baignades taquines, le temps passe comme un rêve sur la petite île isolée. Un livre enchanteur, vivifiant et parfaitement amoral. Marian Engel (1933-1985) a obtenu le Prix du Gouverneur général en 1976 pour ce roman.

Marian Engel, Ours, Edition Calmann-Lévy, 1999, 209 pages (Bear, 1976).

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. 24 août 2011 09:37

    Challenge déjà démarré ! pas chez moi, trop de tentations …
    Posté par keisha, 04 janvier 2009 à 11:19

    Pour moi, c’était ça la tentation, un court livre qui parle d’été, de nonchalance… tout ce qui me manque en ce moment ! J’espère bientôt retrouver tes prochaines notes challengesques.
    Posté par canthilde, 05 janvier 2009 à 21:48

Trackbacks

  1. 2009 : sous le signe de la Bête « Urgonthe
  2. Le challenge ABCtiaire 2009 « Urgonthe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :