Skip to content

L’Ombre du vent

22 février 2009

Une pointe de déception pour ce roman dont j’avais tellement entendu parler. Si le début est assez prenant, mystérieux comme il faut, suffisamment touchant, la suite verse dans des clichés pour le moins fâcheux. L’amour foudroyant, fatal, fidèle jusqu’à la mort (ça fait trois F) ! Le désir troublant, terrassant, terrible (ça fait trois T, peut-être même quatre, car c’est terrible terrible) ! Au milieu de tout ça, des descriptions instructives de la situation espagnole pendant le franquisme.

L’intrigue m’a un peu rappelée celle de Train de nuit pour Lisbonne, avec l’aspect initiatique pour le narrateur en plus. Le jeune Daniel Sempere se prend de fascination pour le livre L’Ombre du vent, puis pour son auteur, Julian Carax, tomblé dans un oubli total après un succès très confidentiel. Tandis qu’il subit les affres de l’adolescence sous la forme d’une passion à sens unique pour la belle Clara, un sombre inconnu le menace de représailles s’il ne lui donne pas son livre fétiche sur le champ. Daniel va pourtant poursuivre sa petite enquête, croisant des personnages hauts en couleurs sur sa route, s’apercevant de troublantes similitudes entre sa vie et celle de Julian Carax. Connaîtra-t-il le même destin funeste ?

Ce roman reste agréable à lire, ayant au moins le mérite d’être très vivant, principalement grâce au personnage de Fermin. Pas complètement nul, donc, mais malheureusement très simpliste.

Carlos Ruiz Zafon, L’Ombre du vent, Ed. Grasset & Fasquelle,
2004, 637 pages (La Sombra del viento, 2001).

Advertisements
One Comment leave one →
  1. 19 août 2011 12:19

    Ah, un avis un peu mitigé sur ce livre! C’est rare. Je le lirai certainement un jour mais les trois F, ce n’est pas trop mon truc à priori.
    Posté par Isil, 22 février 2009 à 11:04

    Pour un bon roman sur toile de fond du franquisme, je te conseille « Le pianiste » de Manuel Vazquez Montalban.
    Posté par berlioz, 22 février 2009 à 11:36

    Intéressant car tu es la première à ma connaissance à avoir un avis réservé sur ce roman.
    Posté par In Cold Blog, 22 février 2009 à 21:42

    Je l’ai lu il y a des années maintenant, bien avant de tenir un blog en fait et j’avais adoré le décor, l’ambiance du roman, les personnages. Mais c’est le problème pour les romans qui déclenchent l’enthousiasme comme ça, on finit par avoir des attentes tellement fortes qu’on ne peut être que deçu!
    Posté par chiffonnette, 23 février 2009 à 09:38

    Isil : Aussi rare qu’un bon livre, mais on trouve en cherchant un peu !

    Berlioz : Merci du conseil, je me sens attirée par la culture hispanique en ce moment (l’effet Che, peut-être !…) et une personne chère à mon coeur m’a souvent parlé de cet auteur.

    In Cold Blog : J’en ai lu quelques autres, qui pointaient aussi l’aspect cliché. Au-delà des personnages, on s’en rend surtout compte avec la partie sur Paris (l’écrivain torturé/pianiste dans une maison close chouchouté par la patronne, ça fait très crédible).

    Chiffonnette : Le décor est bien mais on a l’impression, au final, qu’il n’y a pas grand-chose derrière.
    Posté par canthilde, 26 février 2009 à 18:37

    C’est plutôt rare un avis mitigé sur ce livre. Pour ma part, je l’ai lu et j’ai adoré. Le fond est certes simple mais il y a un ensemble qui rend cet ouvrage magnifique.
    Posté par belledenuit, 07 mars 2009 à 16:45

    Comme les autres, c’est bien la première fois que je lis une critique qui n’est pas élogieuse sur cet ouvrage!
    Posté par choupynette, 07 mars 2009 à 22:11

    Oui, c’est vrai ça, tu dois être une des seules, voire la seule à n’être pas emballée.
    Je n’ai pas trouvé que les trois F ni que les trois T fassent ici clichés, tant ils y sont présentés de façon originale et splendidement écrite.
    Posté par sybilline, 09 mars 2009 à 15:46

    Et c’est un problème, d’être la seule à ne pas aimer un livre ? Ou plutôt, d’être la seule à le dire sur un blog… On oublie parfois que la plupart des gens ne le font pas.
    Posté par canthildec, 15 mars 2009 à 14:21

    J’ai moi aussi été relativement déçu par ce roman. Il y a certes une virtuosité dans le style, mais j’ai été rebuté par le côté improvisé du roman: l’auteur semble avoir écrit son roman au jour le jour. Bref, vers le milieu du roman, on finit un peu par se lasser par l’intrigue développée d’une façon un peu trop brouillonne à mon goût.
    Posté par Nicolas, 03 juillet 2009 à 17:46

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :