Skip to content

Comme une gazelle apprivoisée

19 mars 2009

Lettre P du Challenge ABC 2009

Les soeurs Bede coulent des jours paisibles dans leur modeste maison, à l’abri, en apparence, des tumultes de la jeunesse et de la passion. En apparence…

Belinda a fort à faire entre son chagrin d’amour insurmontable, son jardin à entretenir et sa soeur vicairomane. Mais peut-on parler d’innocence ? Oh, non ! Barbara Pym est plus retorse que ça. Elle suggère en fait les pires turpitudes chez ses personnages de vieilles filles. Car convoiter un voisin marié depuis des décennies, lui apporter des petits plats, se considérer comme son épouse dans le secret de son coeur, n’est-ce pas une perversion encore pire que le passage à l’acte ? Et ce, sans le moindre remords, avec un pragmatisme le plus amoral qui soit, « puisqu’il fallait bien, de toute façon, reporter son affection sur quelqu’un. » Position résumée par le poème  :

Tendre colombe, ou gazelle apprivoisée :
Donnez-moi à aimer, oh un être à aimer !

La religion, la morale, la loyauté ne font pas le poids face à l’irrédutible sauvagerie des passions intérieures. Qui s’en douterait en se contentant d’observer la surface de ces réceptions avec thés et petits gâteaux ou de ces ventes de charité où tout le monde a l’air tellement convenable ? Nous croisons  des vicaires, beaucoup de vicaires (jeunes, faméliques, sexy), des bibliothécaires férus d’installations sanitaires, un évêque missionnaire assommant et un conte italien. Autour de ces obscurs objets du désir papillonnent des dames discrètes, exprimant leur libido par le don de chaussettes tricotées, l’envoi de petits plats, l’invitation pour le thé.

Un monde très curieux, rendu exotique par l’observation ethnologique qu’en fait l’autrice. Le livre est assez répétitif dans la description d’une vie quotidienne peu follichonne, mais suffisamment d’ironie affleure pour le rendre réjouissant.

« Tout va de travers aujourd’hui, confia-t-elle à Harriett, tandis que, seules, elles buvaient leur thé. D’abord Emily avait oublié d’épousseter la pièce, et moi de jeter les chrysanthèmes fanés, puis Miss Prior m’a fait sentir que j’aurais dû lui offrir du thé plus tôt. Je me demande si elle aurait préféré du cacao ? » Belinda avait l’air tourmenté. « C’est plus nourrissant si l’on a pris son petit déjeuner plus tôt. Quoi qu’il en soit, elle a eu droit à un gâteau avec son thé.
– Oh, et il n’y avait pas de papier dans les toilettes du rez-de-chaussée, gloussa Harriett. Elle est venue me trouver à l’instant, comme si elle voulait me faire une confidence. Je me demandais bien ce qu’elle pouvait avoir à me dire.
– Oh mon Dieu ! dit Belinda en soupirant. J’avais l’intention d’en racheter hier.
– Je lui ai tout simplement donné un vieux Church Times, répliqua Harriett, désinvolte.
– Oh, Harriett, j’aurais préféré autre chose. Je suis sûre que Miss Prior est le genre de personne qui ne voudrait pas se servir du Church Times. Et je ne suis toujours pas certaine de bien faire en lui servant du gratin au déjeuner. » [p. 55]

Barbara Pym, Comme une gazelle apprivoisée, Librairie
Arthème Fayard, 1989, 274 pages (Some Tame Gazelle, 1950).

Advertisements
2 commentaires leave one →
  1. 24 août 2011 10:37

    Je l’ai lu celui là et ai un autre Barbara Pym dans un autre challenge. Bonne idée de reparler d’elle !
    Posté par keisha, 19 mars 2009 à 07:34

    Je fais un blocage avec Barbara Pym. Elle m’ennuie profondément, et ça me frustre de voir que je suis la seule à qui elle fait cet effet…
    Posté par Lilly, 19 mars 2009 à 09:08

    J’ai très envie de découvrir Pym mais je crains le « assez répétitif dans la description d’une vie quotidienne peu folichonne ». Si c’est plutôt façon Austen dans l’ironie, je suis preneuse, si on est plus du côté Edith Wharton ou Henry James, je suis plus sceptique.
    Posté par Isil, 19 mars 2009 à 18:54

    Barbara Pym est une écrivaine qui me reste à découvrir. J’ai pourtant plusieurs livres d’elle sur ma PAL. Malheureusement pas celui-ci. Pourtant ce que tu dis de l’atmosphère de ce roman me tente.
    Posté par Cleanthe, 19 mars 2009 à 23:10

    Je n’ai pas encore lu Barbara Pym mais j’ai bien envie d’essayer… on verra si ce sera avec cette collection de vicaires!!
    Posté par Karine :), 20 mars 2009 à 17:49

    Keisha : c’est une première fois pour moi ! Lequel as-tu préféré ?

    Lilly : Je comprends tout à fait, son écriture est assez monotone en surface, il faut bien chercher les pointes d’ironie (comme dans l’extrait que j’ai mis).

    Isil : Je crois que c’est un style à part, que je ne saurais comparer avec les auteurs que tu cites. Il n’y a quasiment pas d’intrigue, les personnages se préoccupent très fort de petites questions domestiques. C’est la mesquinerie même de leur vie qui devient drôle.

    Cleanthe : Je ne sais pas si c’est le meilleur, j’ai souvent lu des éloges sur Crampton Hodnet. J’ai choisi celui-ci parce qu’il y avait « gazelle » dans le titre, c’est tout !

    Karine : Les jeunes ecclésiastiques ont l’air tout à fait craquants dans ce roman. Les plus âgés… n’ont pas très bien vieilli. :-p
    Posté par canthilde, 22 mars 2009 à 23:19

    Je n’ai pas lu celui-là, mais j’aime bien Pym, ce sont des romans un peu désuets, pas très longs sur le temps qui passe, la vie des vieilles filles… Assez agréables à lire.
    Posté par freude, 25 mars 2009 à 08:22

    J’ai lu deux Barbara Pym « Des Femmes remarquables » et « Crampton Hodnet » (très drôle). Tous deux sont sur mon blog si tu cherches à en savoir plus (en plus on ne trouve pas énormément d’infos sur elle en ligne). J’aime beaucoup le ton de ses livres et je trouve ces histoires où rien ne se passent très reposantes ! J’ai encore une PAL pymesque de 5 ou 6 livres, mais je ne crois pas avoir ce titre-là (même si je ne sais pas trop ce que j’ai)… j’ai bien envie de la relire bientôt !
    Posté par Lou, 25 mars 2009 à 18:45

    Freude : Bonne description ! C’est sûr qu’on n’est pas dans l’intensité, plus dans les soirées qui passent mollement au fond d’un canapé…

    Lou : J’irai voir (peut-être que j’ai déjà vu, en fait !). J’essaierai de lire Crampton Hodnet un des ces jours.
    Posté par canthilde, 30 mars 2009 à 10:37

    Si tu ne le trouves pas je peux te le prêter le jour où tu te décides à le lire
    Posté par Lou, 16 avril 2009 à 18:45

Trackbacks

  1. Le challenge ABCtiaire 2009 « Urgonthe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :