Skip to content

Le Début de la fin

2 juin 2009

J’ai terminé le cinquième et dernier tome de la série Thursday Next ! Dans ce tome, Thursday est pourvue de trois enfants en bonne santé, si ce n’est que l’aîné passe le plus clair de son temps, qu’il est censé sauver, en position amibe sous la couette. La couverture de notre héroïne est d’être vendeuse de moquette mais elle travaille toujours en cachette à la Jurifiction, formant ses propres clones littéraires, fort peu qualifiées, au métier. L’oncle Mycroft réapparaît en tant que fantôme pour livrer une information essentielle qu’il a oubliée, la mort aidant. Thursday a les Danverclones aux trousses, à savoir une armée de gouvernantes quinquagénaires revêches, inspirées de la Mrs Danvers de Rebecca, de Daphne du Maurier. Et ce, dans un contexte où la lecture est en chute libre et où les classiques sont en passe d’être recyclés en émissions de télé-réalité.

Que de trouvailles ! J’ai bien envie de remercier Jasper Fforde pour les fous rires qu’il m’a occasionnés. C’est tellement rare les livres à la fois hilarants et pas bêtes… Or, la série m’a impressionnée à différents niveaux depuis le début :

– une héroïne forte, futée, qui ne craint pas le ridicule ;
– un humour détonant, aussi bien dans les situations décrites, les tournures de phrases, les dialogues décapants ;
– des paradoxes temporels de tellement haute volée qu’ils m’ont donnée le vertige à plusieurs reprises. La Chronogarde va jusqu’à remettre en cause le temps lui-même. Le moindre des paradoxes n’est pas que, parfois, les voyages dans le temps ne provoquent aucune modification. C’est ainsi que Thursday peut se souvenir de son père, même éradiqué, revenant régulièrement à un âge différent, mort sous ses yeux dans le passé…
– un discours hautement critique sur le système politique et les médias, à travers des systèmes trop absurdes pour ne pas nous rappeler le contexte actuel ;
– des passages de purs délires, que j’ai relus plusieurs fois en me tordant de rire. Pour le plaisir, voici un exemple se référant à l’activité à haut risque de trafic de fromage de Thursday :

Nous progressions toujours par paliers. Je m’étais positionnée sur le marché du fromage instable, et quand je dis instable, ce n’est pas au marché que je pense, mais bien au fromage lui-même.
Owen opina et me désigna un fromage mordoré veiné de rouge.
– Dolgellau marbré force quatre, c’est un 9,5. Dix-huit années de maturation à Blaenafon, et pas pour les mauviettes. Excellent avec des crackers, mais on s’en sert également pour repousser les putois en rut.
J’en pris audacieusement un gros morceau que je posai sur ma langue. Le goût était extraordinaire ; je pouvais presque voir les monts Cambriens à travers la pluie, le ciel bas, les torrents exubérants et les falaises de calcaire, les éboulis glaciaires et…
– Vous allez bien ? dit Millon quand j’ouvris enfin les yeux. Vous avez perdu un instant connaissance.
– C’est de la bombe, pas vrai ? dit aimablement Owen. Buvez un verre d’eau. [p. 193]

J’en oublie presque l’argument principal de la série, à savoir les voyages aventureux au cœur des livres. Pour le coup, je trouve que l’idée n’a pas été suffisamment exploitée, le monde de la fiction offrant des possibilités de parcours encore plus folles que ce qui nous est montré. A part Hamlet, peu de personnages s’offrent une bonne virée dans le monde réel. Comme je l’ai déjà dit, le travail au sein de la Jurifiction m’a parfois semblé lourd, une succession de petites virées gratuites d’un intérêt variable. Mais l »humour décalé, la loufoquerie, l’entrain qui se dégage de cette série l’emportent sur ces petites faiblesses.

Jasper Fforde, Le début de la fin, Fleuve Noir, 2008, 498 p.

Série « Thursday Next » :

L’Affaire Jane Eyre
Délivrez-moi !
Le Puits des Histoires Perdues
Sauvez Hamlet !
Le Début de la fin

Publicités
One Comment leave one →
  1. 14 juillet 2011 16:54

    J’en ai encore trois qui m’attendent pour ma part, ça fait toujours bizarre de dire à des personnages que l’on a cotoyés pendant plusieurs années…
    Posté par Lilly, 02 juin 2009 à 20:02

    Ah oui, j’adore cette série.
    Merci pour le passage sur le fromage, oui ça déménage!
    Posté par keisha, 03 juin 2009 à 07:17

    J’ai lamentablement abandonnée au milieu du premier volume . Il faudrait que je refasse une tentative. Quand je lis des billets comme le tien, je me dis que je passe vraiment à côté de quelque chose !
    Posté par freude, 03 juin 2009 à 13:29

    Lilly : Ca m’a effectivement fait un léger pincement au coeur.

    Keisha : De rien, il fallait que je partage cet admirable morceau de bravoure !

    Freude : Bah, il vait mieux accrocher dès le départ car le 2 et le 3 sont un peu faiblards.
    Posté par canthilde, 04 juin 2009 à 21:08

    Il m’attend dans la pile, celui-là! Je me fais patienter avant de le lire, sachant que c’est le dernier de la série. J’adooore les univers complètement fous de Jasper Fforde!
    Posté par Karine:), 02 juillet 2009 à 00:11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :