Skip to content

La Chartreuse de Parme

26 juillet 2009

Voilà un roman que, longtemps, je n’ai pas pu terminer. C’est à la faveur d’un petit voyage en Italie que j’ai refait une tentative, cette fois couronnée de succès. Pour autant, je n’ai pas adoré ce livre, pour diverses raisons.

  • Waterloo : c’est au milieu de la bataille que mes premiers essais avaient échoué, et il faut vraiment se les farcir, les cent premières pages !
  • Je n’ai absolument pas pu m’attacher aux personnages. Le héros, Fabrice del Dongo, est un jeune homme favorisé par la nature, riche, intelligent. Pourtant, même avec l’excuse de la jeunesse, il est singulièrement irritant. Superstitieux, vaniteux, incapable d’aimer… Il commet un meurtre avec le sentiment d’être dans son bon droit, pas par légitime défense, non, parce qu’il est un del Dongo !
  • Clélia : l’hypocrisie faite femme ! Bigote, frigide, elle refuse de succomber à son amour parce qu’elle a juré à la vierge qu’elle ne le regarderait plus… Jusqu’à ce qu’elle s’aperçoive qu’on peut faire des tas de choses dans le noir. Perverse !
  • La Sanseverina : sûrement le personnage le plus intéressant du livre, malgré sa propension à s’estimer « vieille » passée la trentaine… Mais quels mauvais goûts amoureux !

Dans un sens, c’est bon signe qu’un roman agace à ce point. Au moins, il ne m’a pas laissée indifférente. L’ennui, c’est que j’ai eu du mal à suivre les intrigues autres que sentimentales, notamment les intrigues de cour, où je mélangeais tous les noms. Et puis je n’avais pas besoin de passages aussi déchirants sur les tourments de l’amour, en ce moment. Rarement j’ai vu un auteur cherchant à rendre aussi malheureux ses personnages. Et quand on croit qu’ils ont enfin trouvé la sérénité…

Je ne dirai rien sur l’histoire, qui m’a laissée sur ma faim. Ce que j’ai préféré : les descriptions lyriques des paysages italiens, avec cette mélancolie de la sensation du temps qui passé ; l’amour en prison, parce que cette situation a toujours beaucoup fait fonctionner mon imagination…

Stendhal, La Chartreuse de Parme, Le Livre
de poche, 781 pages [première édition en 1839].

Publicités
One Comment leave one →
  1. 23 août 2011 10:07

    C’est marrant, j’ai dévoré le début du livre sans aucun problème, alors qu’effectivement, il a la réputation d’être assez ennuyeux.
    Sinon, je garde un souvenir sympa de cette lecture, même si je n’ai pas encore éprouvé le besoin de me ruer sur le reste de l’oeuvre de Stendhal.
    Posté par Lilly, 26 juillet 2009 à 15:01

    Dans ce roman, les intrigues de cour sont ce qu’il y a de plus fastidieux!
    j’ai bien aimé le passage Fabrice à Waterloo par contre; il comprends la situation tout de travers, c’est assez drôle.
    L’incarcération de Fabrice, tout à fait d’accord, donne lieu ) de très beaux moments.

    Je préfère le Rouge et le noir…
    Posté par Dominique, 26 juillet 2009 à 18:27

    Lilly : le début, ça va encore… Je partage l’avis de Dominique, Le Rouge et le noir m’avait davantage captivée.
    Posté par canthilde, 28 juillet 2009 à 10:06

    Je l’ai énormément aimé, justement pour les raisons qui t’ont agaçée! Les personnages détestables, les déchirements qui ont un côté presque burlesque! Une sacré découverte pour moi!
    Posté par chiffonnette, 29 juillet 2009 à 21:14

    J’avais bien aimé Le rouge et le noir, lu « obligé » au Cegep… j’ai celui-ci dans ma pile (influence d’une bloggueuse que je ne nommerai pas) mais j’avoue avoir un peu peur de m’y mettre!!
    Posté par Karine :), 01 août 2009 à 00:45

    Chiffonnette : chaque livre peut faire le bonheur d’une lectrice alors qu’il ne plaira pas à une autre. C’est comme pour les hommes !

    Karine : Au pire, tu trouveras le temps long. Il y a quand même des passages rigolos, notamment en prison (enfin, moi, j’ai aimé).
    Posté par canthilde, 03 août 2009 à 09:42

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :