Skip to content

Parenthèse montagnarde

6 août 2009
tags:

Trois filles et un chapeau, lâchées dans la ville de Grenoble deux jours en juillet. J’avais décidé d’en profiter le plus possible, l’esprit détendu, de faire ma fofolle, comme je sais si bien le faire.

P1050046

Ca faisait des semaines que je déprimais à l’idée du retour, de la fin de cette année particulière. Je n’étais pas sûre de retrouver de sitôt une telle ambiance, des amies.

P1050028

Un gentil jeune homme me rassurait : « Mais si, tout va bien se passer ! » Comme si je ne savais pas comment les choses se passent à Paris, la plupart du temps… D’ailleurs, il se fourvoyait sur plusieurs points, dont notre ami commun. Il s’imaginait que je savais tout de lui ; je n’avais même pas son numéro.

P1050037

Tandis que je m’empiffrais de tapas, de glaces et de cocktails tellement rafraîchissants, j’imaginais ma vie à Grenoble lorsque, ayant perdu de vue toutes mes connaissances, j’accepterais sans sourciller un poste à l’autre bout de la France, où je ne connaîtrais personne. J’aurais un jardin, je ferais de la randonnée, assez vieille pour ne plus m’inquiéter de rien.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :