Skip to content

Orlando

24 janvier 2010

Au début du roman, le personnage principal est un jeune lord anglais, fantasque, porté sur la littérature, qui séduit une princesse russe à la cour de la reine Elisabeth. Quelques dizaines de pages plus loin, Orlando est une jeune dame qui s’enfuit avec des bohémiens de son poste d’ambassadeur à Constantinople.

C’est une belle qualité de ce roman de considérer qu’en dépit du changement de sexe d’Orlando, sa personnalité n’est en rien affectée. Elle reste la même personne, même si elle ne trouve rien de mieux à faire que de se transformer en belle évaporée pour avoir la paix. Pas d’explication scientifique à la chose, ni à la longévité exceptionnelle de l’héroïne, pour qui les siècles ne représentent que quelques années.

Elle se souvint que, jeune homme, elle avait exigé des femmes qu’elles fussent obéissantes, chastes, parfumées, et revêtues d’atours délicieux. « Pour ces désirs d’antan, réfléchit-elle, je devrai désormais payer de ma propre personne, car les femmes (si j’en crois mon expérience naissante) ne sont naturellement ni obéissantes, ni chastes, ni parfumées, ni revêtues d’atours délicieux. Elles n’atteignent à ces grâces, qui sont pour elles l’unique moyen de goûter aux joies de l’existence, que par la plus fastidieuse discipline. [p. 173-174]

J’ai essayé ce roman pour le thème du genre, traité de façon intéressante, sans me leurrer sur ma capacité à accrocher à l’univers de Virginia Woolf. Sans surprise, j’ai commencé à sérieusement m’ennuyer lorsque le récit s’est dilué pour faire place à la recherche d’effets littéraires gratuits et, à mes yeux, très ennuyeux. Sur la fin, j’ai quand même bien apprécié la description drolatique du XIXe siècle en quelques pages, tentant de retranscrire l’esprit d’une époque prude, empesée et hypocrite.

Virginia Woolf, Orlando, Ed. Stock, 1974, « Le
livre de poche », 351 p. [première édition en 1928].

Publicités
One Comment leave one →
  1. 18 août 2011 12:11

    Gloops ! ;o)

    J’avais fait une timide tentative pour lire ce livre, mais je crois que j’avais envie d’autre chose donc je ne suis pas allée très loin (mais la lecture est pour cette année, c’est plus que probable). En revanche, je ne crois pas que Woolf fasse des effets littéraires de façon gratuite. C’est vrai que j’accorde une place de plus en plus importante au style, et donc que je suis un peu une vendue à ce sujet, mais elle exprime avec la forme ce à quoi le fond ne peut suffir. Après, c’est sûr qu’il faut être concentré pour la lire.

    Sinon, pour l’anecdote, Orlando, c’est Vita Sackville-West, qui avait une liaison avec Woolf, mais qui commençait à s’éloigner de cette dernière. J’aime bien cette romancière également, d’ailleurs je viens de finir un de ses livres.

    Je sors, je crois que je me suis un peu trop étalée. Tu en as vraiment fini avec Woolf ?
    Posté par Lilly, 24 janvier 2010 à 17:29

    Virginia Woolf m’intimide. J’aimerai découvrir ses écrits, mais vu la difficulté à la lire selon de nombreuses personnes, pour l’instant je repousse indéfiniment.
    Posté par Tiphanya, 25 janvier 2010 à 18:30

    C’est vrai que ce roman a l’air très bizarre. C’est l’espèce de voyage à travers le temps qui me fait un peu peur, et pourtant j’aime beaucoup tout ce que j’ai lu de Virginia Woolf. Lilly a raison, ce serait dommage de t’arrêter là. Par exemple « Vers le phare » est un roman beaucoup plus simple, très joli et très court…
    Posté par Mea, 25 janvier 2010 à 19:29

    Lilly : Ça va, tu ne t’étales pas trop, d’autant que je n’ai pas repris ces informations biographiques se trouvant dans la préface. Bon, « effets littéraires gratuits », j’ai du mal à m’exprimer. Disons que je détestes quand un récit jusque là structuré bascule vers des considérations sur le fait même d’écrire. Ça m’ennuie et ça me fait ressentir la vacuité de la littérature et, par là même, de l’existence…

    Tiphanya : Ce n’est pas tellement difficile à lire, simplement démoralisant. Je préfère éviter ses romans les plus célèbres pour l’instant car je suis sûre qu’ils vont me déprimer et je n’ai vraiment pas besoin de ça en ce moment !

    Mea : Je réessaierai sûrement d’en lire mais plus tard, quand j’en ressentirai le besoin.
    Posté par canthilde, 25 janvier 2010 à 22:18

    Je ne suis pas une vraie  » fan » de Virginia Woolf, mais ce roman m’avait beaucoup plu; je l’ai trouvé plein d’humour et de fantaisie( ce dont cet auteur manque quelquefois). Il traite de l’ambiguïté sexuelle dans chaque être,un bon sujet, bien rendu ici.
    Je ne me souviens pas des effets de style gratuits??

    Je l’ai préféré à La Promenade au phare ( très intéressant par ailleurs)
    Posté par Dominique, 29 janvier 2010 à 15:55

    Je connais assez mal Woolf, mais c’est une auteur que j’aime énormément. Je me souviens avoir été séduite par Orlando, l’atmosphère fantastique de ce roman.
    J’aime beaucoup son style également (je ne la lis parfois que pour m’en délecter), donc je ne me suis pas ennuyée. Mais je reconnais qu’elle écrit d’une manière très particulière, qu’on peut aimer – ou détester.
    Posté par Céline, 29 janvier 2010 à 17:21

    Dominique : Sous l’humour et la fantaisie, une bonne dose d’amertume, quand même.

    Céline : J’ai trouvé son style magnifique, en tout cas. Dommage qu’à un certain moment, l’histoire décroche. Je sais que je n’ai pas des goûts assez recherchés pour me contenter d’une belle écriture, il me faut une histoire !!
    Posté par canthilde, 01 février 2010 à 21:30
    Echange interblogs

    Bonjour et bravo pour votre blog que je viens de visiter !… En guise d’échange, voici l’adresse du mien que je dédie aux arts et à la littérature :

    http://jmparent6.blogspot.com

    Au plaisir de vous y accueillir !…

    Cordialement JM Parent
    Posté par LegoBaladin, 07 mars 2010 à 18:01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :