Skip to content

Les Piliers de la terre

6 mars 2010

J’ai mis deux mois à venir à bout de ce pavé ! Accrocheur au début, mais ne tient pas sur la longueur. Il faut de sacrés qualités d’écriture pour tenir l’intérêt éveillé sur plus de mille pages, qui sont ici, je regrette de le dire, absentes.

Bon, mais ça se lit comme on regarderait un bon film d’aventures, avec de nombreux personnages tous bien décrits. Philip le moine ambitieux et doué pour l’organisation, Ellen la veuve passionnée et cinglante, Tom le bâtisseur bourru, Aliena la noble déchue et loyale, William le soudard avide, Jack le charmant adolescent rêveur mais doué pour la sculpture… Leurs mobiles sont parfaitement présentés tour à tour et chacun se révèle complexe, ce qui rend leurs réactions imprévisibles dans les épreuves.

J’ai aimé les descriptions architecturales qui structurent le récit, dans un style simple, clair, visuel, à défaut d’être littéraire. Le roman s’attache à décrire les intrigues politiques et religieuses nécessaires pour bâtir une cathédrale au XIIème siècle, en théorie un bien spirituel servant tous les fidèles mais en pratique un enjeu de pouvoir entre prélats et d’essor économique pour toute une région

Ce fut lors de sa première visite à la cathédrale de Winchester qu’il commença à se sentir intimidé.
Le prieur lui avait dit qu’il s’agissait de la plus grande église du monde. En effet. Elle avait plus de cent toises de long : Philip connaissait des villages qui auraient pu tenir à l’intérieur. Elle possédait deux grandes tours, l’une au-dessus de la croisée et l’autre à l’extrémité ouest. La tour centrale s’était effondrée, trente ans plus tôt, sur la tombe de Guillaume le Roux, un roi impie qui n’aurait sans doute pas du être enterré dans une église. Depuis lors on l’avait rebâtie. Situé juste au-dessous de la tour neuve, à chanter matines, Philip trouvait au bâtiment une force et une immense dignité. La cathédrale que Tom avait conçue serait modeste par comparaison – si jamais elle était construite. (p. 333)

Tout de même, les milles pages sont dépassées au prix de passages bien plats, décortiquant une action avec une précision qui n’apporte rien au récit, par exemple la façon dont Jack s’y prend pour mettre le feu. Si j’ai aimé dans une certaine mesure le côté sombre et violent (presque du GRR Martin !), j’ai trouvé trop de complaisance dans la description des actes de William Hamleigh. Les méfaits sont très souvent racontés du point de vue de l’agresseur, avec une volonté de nous faire partager son plaisir, ce qui m’énerve particulièrement.

Le roman est distrayant de par ses nombreux rebondissements mais l’auteur ne fait pas preuve d’un talent renversant. Il s’appuie sur les scènes de sexe et de massacres pour susciter l’adhésion des lecteurs alors que ce sont plutôt les passages architecturaux et ceux qui témoignent de recherches précises sur la vie quotidienne au Moyen Age qui sont passionnants.

Ken Follett, Les Piliers de la terre, Ed. Stock,
1990, 1050 p.[The Pillars of the Earth, 1989].

Publicités
One Comment leave one →
  1. 24 août 2011 10:27

    C’est cela certains sont longs, trop longs, mais c’est très bien documenté ! Idem pour la « suite » Un monde sans fin !
    Posté par freude, 08 mars 2010 à 14:01

    Pas question, un livre m’a suffi pour saturer de Ken Follett !
    Posté par canthilde, 23 mars 2010 à 22:06

    J’en garde un très bon souvenir, mais je l’ai lu il y a des années!
    Posté par chiffonnette, 28 mars 2010 à 19:44

    J’ai adoré ce roman, bien entendu, je partage tes réserves: il est un peu trop long, et aussi répétitif et manichéen, mais ce fut malgré tout un régal de lecture: personnages attachants, histoire captivante, période très intéressante et talent narratif éblouissant. Un des romans qui m’a le plus marqué.
    Posté par Nicolas, 01 mai 2010 à 21:48

    La longueur n’est jamais un problème en tant que tel pour moi ! Une daube de 200 pages peut être très longue. Mon sentiment se résume en fait à la dernière phrase de cette note : un livre racoleur.
    Posté par canthilde, 02 mai 2010 à 12:56

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :