Skip to content

Bilbo le Hobbit

10 mars 2011

Il y a certains mots à ne jamais prononcer si l’on veut être ami avec un hobbit. « Aventure », par exemple, est du plus mauvais goût pour ces petites créatures casanières, qui n’apprécient rien tant que leurs petites habitudes au fond de leur trou muni de tout le confort souhaitable. Aussi, lorsqu’un vieux magicien et douze nains voraces s’invitent chez Bilbo Baggins à l’heure du thé, celui-ci est fort désemparé. Surtout lorsque Gandalf, le magicien, le recommande comme cambrioleur expert auprès des nains, et qu’il est contraint de s’embarquer dans une sombre histoire de trésor gardé par un dragon.

Dans ce premier roman de Tolkien, prélude à son chef d’œuvre, on retrouve grossièrement la trame du Seigneur des Anneaux : le hobbit quitte son nid douillet, connaît quelques mésaventures déplaisantes impliquant des trolls, des gobelins et le sinistre Gollum, mais passe aussi de merveilleux moments dans la vallée des elfes et, pour finir, étonne tout le monde en montrant des aptitudes tout à fait inhabituelles chez un hobbit.

Dans un style enjoué et convenant parfaitement à de jeunes enfants, le roman raconte des aventures divertissantes, quoique un peu décousues. Il y a des moments plus sombres, tels ceux impliquant Gollum, un personnage déjà fort complexe, ou la bataille des araignées, que je ne peux m’imaginer sans frissonner d’horreur. Ce livre n’est pas indispensable à la littérature mais plaisant à découvrir quand on a adoré le Seigneur des Anneaux. Il constitue évidemment une excellente introduction à la fantasy pour les enfants. Mon seul regret, et il est de taille : l’absence totale de personnages féminins…

On avait commencé par traverser une région de hobbits, un pays convenable habité par d’honnêtes gens, avec de bonnes routes, quelques auberges et de temps à autre un nain ou un fermier se rendant d’un pas tranquille à ses affaires. Puis on était arrivé dans des contrées où les gens usaient d’un langage étrange et chantaient des chansons que Bilbo n’avait jamais entendues. Et maintenant on avait pénétré loin à l’intérieur des Terres Solitaires, où on ne voyait plus personne, où il n’y avait plus d’auberges et où les routes devenaient franchement mauvaises. Non loin devant eux s’élevaient, de plus en plus haut, de mornes collines, couvertes d’arbres noirs. Certaines étaient couronnées de vieux châteaux à l’air sinistre, comme s’ils avaient été construits par de mauvaises gens. Tout revêtait un aspect sombre, car le temps avait pris mauvaise tournure. Jusque-là, il avait été aussi beau qu’il peut l’être au mois de mai, même dans les contes joyeux ; mais à présent il faisait froid et humide. Dans les Terres Solitaires, ils avaient dû camper quand ils le pouvaient, mais au moins y faisait-il sec.
« Dire que ce sera bientôt juin », grogna Bilbo, qui barbotait derrière les autres dans un sentier fort boueux. (p. 44)

Voilà en tout cas une lecture d’actualité avec le début du tournage de l’adaptation cinématographique par Peter Jackson, avec Martin Freeman dans le rôle titre (sortie prévue en 2012).

J. R. R. Tolkien, Bilbo le Hobbit, Le livre
de poche, 2001, 372 p. (The Hobbit, 1937).

Publicités
One Comment leave one →
  1. 17 août 2011 19:20

    C’est vrai que les personnages féminins manquent cruellement !
    Malgré tout, c’est un roman que j’ai beaucoup aimé. Et le passage avec Gollum est d’une grande poésie.
    Posté par Céline, 11 mars 2011 à 09:21

    Ben oui, c’est quand même à cause de ça que le fantastique et la SF ne m’intéressaient pas quand j’étais gamine : pas de filles ! Je préférais la comtesse de Ségur ou Fantômette pour cette raison, ne connaissant pas Marion Zimmer Bradley.
    Posté par canthilde, 11 mars 2011 à 19:22

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :