Skip to content

Ici s’arrête la France et commence l’Auvergne

18 août 2011
tags:

C’est avec admiration qu’un Corrézien a sorti cette boutade, aux abords de la vallée de la Dordogne.

Au début de mes vacances, je me suis contentée d’enregistrer ce que je voyais et entendais, sans me demander si ça me plaisait. Je voulais du champ, du caillou, de la vache et, avec le Cantal, j’étais servie. Le centre de la France n’existe pas vraiment dans les consciences. On agite le spectre de la Creuse comme néant humain et culturel, en se félicitant d’en être éloigné. Mais le Cantal, à part pour le fromage et les publicités sexistes, n’est même pas nommé.

Petit à petit, j’ai été gagnée par un vif plaisir de me trouver là. J’en oubliais que la mer était si loin, moi qui ai souvent mis en avant cette condition pour tout bien être spirituel. Pourtant, l’Auvergne était bien plus jolie que ma région rurale d’origine. Les champs restaient morcelés et entourés de haies, les vaches n’avaient pas l’air de pis sur pattes, regardant les trains passer avant l’abattoir. Il faut dire que question transports, la région est très mal desservie et qu’un bovin a plus de chances de voir passer un randonneur écolo qu’une locomotive.

Et l’horizon, dès qu’on se plaçait sur une petit butte, déroulait des collines bleutées à l’infini : la montagne, sans les barrières enneigées des Alpes ou des Pyrénées. De là où je me trouvais, je voyais en fait les restes de l’énorme volcan qui avait donnée son nom au département. Le paysage se découpait en plateaux, résidus de coulées volcaniques, telles autant de parts de camemberts, comme nous l’expliquaient avec gourmandise les habitants du coin. L’habitat clairsemé occupait les vallées, souvent coupées entre elles en hiver par le climat assez rude.

Publicités
6 commentaires leave one →
  1. 19 août 2011 19:32

    Tiens, moi je suis allé de l’autre côté du massif, dans le Forez, région qui est encore plus méconnue je crois, mais tout aussi jolie. En Auvergne, et plus que jamais en France (une et indivisible, faut il le rappeler)

  2. 20 août 2011 23:14

    Je compte bien retourner dans la région, assez unique en terme de préservation d’une nature « sauvage » (d’où la remarque admirative). Enfin, sauvage, ça n’existe plus vraiment mais c’est tout de même mieux que dans le Limousin, une région dont les paysages ne m’avaient pas du tout impressionnée.
    D’ailleurs, si j’ai bien compris, tu vas t’en rapprocher prochainement ? Si tu as un moment, je pourrais te raconter comment c’est devenu pire de mon côté…

  3. 20 août 2011 23:40

    C’est assez curieux pour le Limousin. C’est moins montagneux bien entendu, mais la campagne est souvent très jolie. Cela étant, je ne compte pas m’en rapprocher tout de suite non, sauf si la crise ne me chasse pour fuir les hordes d’affamés et cultiver la terre pour me nourrir. Aurais tu quelques déboires professionnels ?

  4. 21 août 2011 22:50

    N’espère pas des détails ici ! :-p Disons que l’option vie à la campagne et jardinage pour ma subsistance m’a effleurée ces derniers mois.

  5. 22 août 2011 23:48

    Oh ben a priori, ça devrait pas tarder, vu l’état de déliquescence de l’économie mondiale. La vie fait bien les choses parfois ! :oB

  6. 23 août 2011 10:26

    Oui, aujourd’hui les réductions de salaires, demain les suppressions de postes. Ça nous pend au nez ! On s’échangera des graines. >-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :