Skip to content

La Dernière Aldini

17 novembre 2011

L’illustre chanteur Lélio confie un soir à ses amis le secret de ses amours infortunées. Issu d’une pauvre famille de pêcheurs, jugé trop chétif pour le dur travail de ses frères, il se fait gondolier à Venise. Il tombe sous le charme d’un instrument de musique, puis de sa propriétaire. La signora Bianca Aldini récompense sa curiosité audacieuse en faisant de lui son valet préféré.

J’avais entendu dire aux gondoliers du traguet que l’instrument dont elle s’accompagnait était une harpe ; mais leurs descriptions étaient si confuses qu’il m’était impossible de me faire une idée nette de cet instrument. Ses accords me ravissaient, et c’est lui que je brûlais du désir de voir. Je m’en faisais un portrait fantastique ; car on m’avait dit qu’il était tout d’or pur, plus grand que moi, et mon patron Masino en avait vu un qui était terminé par le buste d’une belle femme qu’on aurait dit prête à s’envoler, car elle avait des ailes. Je voyais donc la harpe dans mes rêves ; tantôt sous la figure d’une sirène, et tantôt sous celle d’un oiseau ; quelquefois je croyais voir passer une belle barque pavoisée, dont les cordages de soie rendaient des sons harmonieux. Une fois je rêvai que je trouvais une harpe au milieu des roseaux et des algues ; mais au moment où j’écartais les herbes humides pour la saisir, je fus éveillé en sursaut, et ne pus jamais retrouver le souvenir distinct de sa forme. (p. 136-137)

Il découvre la languissante vie luxueuse des palais vénitiens, la fureur de la passion et l’étendue de son don pour le chant. La fierté héritée de sa famille, ou bien de trop grands scrupules, le conduiront à dédaigner de superbes occasions de mariage, où la différence de condition bannirait le couple de toute vie sociale. C’est donc moins sa carrière de chanteur que celle de séducteur qui nous est contée ici, Lélio déchaînant les passions sans jamais pouvoir les vivre pleinement.

George Sand, La Dernière Aldini, dans Vies d’artistes,
Ed. Omnibus, 2004, p. 129-254 (première édition en 1837)

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :