Skip to content

Ilium

26 mai 2012

Sur la terre, dans un lointain futur, quelques milliers d’humains à l’ancienne se la coulent douce entre leurs serviteurs mécaniques et les points fax qui leur permettent se déplacer sans efforts. L’humanité a bien régressé sur le plan culturel : elle ne sait pas lire, ignore tout de la géographie et même de la biologie. Au moindre bobo, les individus sont envoyés à la « firmerie » et remis à neuf. A leur cinq vingt, ils rejoignent les post-humains pour une éternité de félicité. Entre fêtes et coucheries diverses, Daeman n’a pas le temps de s’ennuyer, encore moins de réfléchir. Tentant de séduire sa belle cousine Ada, il rencontre ses amis Hannah et Harman, qui font des choses vraiment très surprenantes aux yeux du dandy mollasson, comme de réapprendre à fondre des métaux. Daeman est très décontenancé. D’autres surprises l’attendent.

Pendant ce temps, sur Mars, la guerre de Troie fait rage. Achéens et Troyens s’affrontent, pour le plus grand plaisir des dieux. Ces derniers, dotés de superpouvoirs grâce aux nanotechnologies, se téléportent en char à volonté. Le scholiaste Hockenberry est chargé d’observer que tout se déroule bien selon le plan de l’Iliade. Lorsqu’une muse lui confie une mission spéciale, assortie de certains des jouets des dieux, il ne résiste pas bien longtemps à la tentation de modifier le cours de l’histoire… C’est bientôt le grand n’importe quoi et Zeus est très énervé contre lui, ce que quiconque, humain ou dieu, préfère éviter.

De son côté, le moravec Mahnmut entretient son coéquipier Orphu des subtilités de Shakespeare et de Proust. Ces deux entités intelligentes, artificielles, ont leur propre mission, qui est de vérifier ce qui provoque une telle activité quantique sur Mars. Là non plus, rien ne se déroule comme prévu. L’aide de mystérieux petits hommes verts leur permettra d’approcher les dieux… et de déclencher quelques perturbations supplémentaires dans l’épopée antique.

Je rejoins Keisha, dont le billet m’avait alléchée, pour qualifier ce roman de pur délire ! La guerre de Troie, dont je ne connais pas particulièrement l’histoire, tourne de façon réjouissante au chaos total. Je reste mitigée sur l’histoire des humains, qui font du tourisme sur un vague fond de philosophie, sans qu’on comprenne ce qu’ils cherchent au juste. Ça m’a aussi énervée qu’Ada et Hannah, censées être intelligentes (plus que Daeman, en tout cas), passent leur temps à rêvasser sur l’avenir de leurs amourettes, à attendre les hommes ou à se faire sauver par eux. Le discours écolo que l’auteur cherche à faire passer me semble reposer sur une vision bien réactionnaire de la société.

Bien entendu, j’ai beaucoup aimé les conversations littéraires des deux moravecs, complètement gratuites par rapport au reste, du moins jusqu’à la découverte de Mars. Je ne cacherai pas qu’il y a des longueurs mais le récit est suffisamment enlevé pour que j’aie envie de lire le tome 2 dans la foulée.

Dan Simmons, Ilium, Pocket, 2007, 870 p. (Ilium, 2003)

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 26 mai 2012 18:48

    Bon, j’ignore si je prendrai le temps de lire le 2, mais qu’est ce que le 1 est une réussite! Pour les mêmes raisons que tu pointes.

    • 28 mai 2012 10:48

      Je le lirai de toute façon, même s’il est moins bien. Le 1 est une belle surprise, même s’il traine un peu en longueur.

  2. 27 mai 2012 23:24

    J’ai lu le livre à sa sortie il y a quelques années et je ne me souviens plus trop des passages mettant en scène les humains, sans doute parce que ce ne sont pas ceux qui m’ont le plus passionnée. J’avais beaucoup aimé en revanche la reconstitution de la guerre de Troie et les conversations sur Proust. Je n’ai cependant pas osé me risquer dans la suite jusqu’à présent, les retours que j’en ai eu étant massivement négatifs.

    • 28 mai 2012 10:50

      Oui, les passages avec les humains sont un peu lourds… J’ai vu les avis négatifs aussi et je sais que le 2 va m’énerver ! Mais quand j’ai commencé une histoire, il faut vraiment qu’elle soit nulle pour ne pas la terminer, ce qui n’est pas le cas ici. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :