Skip to content

La Fortune des Rougon

1 septembre 2012

Les vacances sont propices aux vastes projets de lecture, qui font saliver mais qu’on repousse le reste de l’année, prise dans d’autres chantiers. J’ai lu, comme beaucoup de gens, les Zola les plus célèbres (Nana, Germinal, L’Assomoir, Au Bonheur des dames, La Bête humaine), sans trop avoir conscience de leur appartenance à une série. J’avais donc envie depuis longtemps de lire tous les Rougon-Macquart dans l’ordre, pour mieux comprendre l’intention de l’auteur.

Dès la préface, il annonce son programme ambitieux de tracer « l’Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second Empire ». Tout part d’un terrain jouxtant un ancien cimetière, dans la sous-préfecture de Plassans, ville calquée sur l’Aix-en-Provence où l’auteur a passé son enfance. Plus exactement, tout part de la rejetonne tarée d’une famille de riches maraîchers, les Fouque. Le fruit des amours plus ou moins scandaleuses d’Adelaïde peuplera la saga : Pierre Rougon, l’enfant légitime, sera sournois et ambitieux ; Ursule et Antoine Macquart, nés d’une idylle avec un voisin louche, apporteront une touche de paresse et de dégénérescence à cette fière lignée.

Zola croit en l’hérédité des « tempéraments », théorie médicale en vogue à l’époque, et envisage les alliances entre ses personnages comme les croisements d’une espèce animale. Dans son système, tout se tient, puisque les exceptions sont aussi possibles, ici le troisième fils de Pierre, futur héros du Docteur Pascal. Qualités et défauts sont envisagés comme la moyenne de ceux des parents, comme dans ce portrait de Pierre Rougon :

Ses vices, sa fainéantise, ses appétits de jouissance, n’avaient pas l’élan instinctif des vices d’Antoine ; il entendait les cultiver et les contenter au grand jour, honorablement. Dans sa personne grasse, de taille moyenne, dans sa face longue, blafarde, où les traits de son père avaient pris certaines finesses du visage d’Adelaïde, on lisait déjà l’ambition sournoise et rusée, le besoin insatiable d’assouvissement, le cœur sec et l’envie haineuse d’un fils de paysan, dont la fortune et les nervosités de sa mère ont fait un bourgeois. (p. 48)

Sa fortune, il l’établit en détournant sans scrupule l’héritage de sa mère. Dès lors, son seul but, partagé par sa femme Félicité, sera de devenir quelqu’un qui compte à Plassans. Les petits bourgeois s’aigrissent en regardant les années passer dans leur épicerie. Ces personnages pourraient être odieux, mais Zola a un sens de la formule souvent drolatique, comme dans cette appréciation des compétences de Félicité : « Elle pensait que la femme doit faire l’homme. Elle se croyait de force à tailler un ministre dans un vacher. »

Le roman se déroule sur fond de coup d’État et de l’arrivée de Napoléon III au pouvoir. Avec son symbolisme toujours un peu trop marqué, Zola met en scène un jeune couple innocent acquis aux idées républicaines, Miette et Silvère,confrontés aux intrigues rances des réactionnaires prêts à tout pour instaurer un ordre propice à leurs affaires. Jeunes idéalistes contre vieux confits dans leurs frustrations, le ton est donné pour les romans suivants. Les descriptions grandioses de paysages s’opposent à la mesquinerie des rivalités de quartiers de la sous-préfecture. L’auteur exprime toute sa haine des petits-bourgeois avec une ironie corrosive dans les portraits des royalistes timorés. La voie est ouverte pour la curée, le dépeçage de la République par ces profiteurs, avides de pouvoir et d’argent.

Émile Zola, La Fortune des Rougon, Ed. Gallimard, « Pléïade », p. 1-315 (1871)

« Les Rougon-Macquart » : La Fortune des Rougon – La Curée
Le Ventre de Paris – La Conquête de Plassans – La Faute de l’abbé Mouret –
Son Excellence Eugène Rougon – L’Assommoir – Une Page d’amour –
Nana – Pot-Bouille – Au Bonheur des dames – La Joie de vivre –
Germinal – L’Œuvre – La Terre – Le Rêve – La Bête humaine –
L’Argent – La Débâcle – Le Docteur Pascal

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :