Skip to content

Sound of Noise

7 avril 2013
tags: ,

soundofnoiseLorsque deux musicos maniaques mettent leur passion au cœur de leur vie, ça donne quelques chansons pétaradantes pour camion, batterie et bande d’arrêt d’urgence. Tout ceci n’est pas du goût de l’inspecteur Warnebring, allergique à toute forme de musique, dont le grand drame a été de naître dans une famille de virtuoses. Lorsqu’il découvre un métronome sur une scène d’agression de gendarme, il est au bord de la nausée.

Ses malheurs ne font que commencer. Car les odieux terroristes ont décidé de jouer leur chef d’œuvre jamais encore interprété, Music for One City and Six Drummers. Pour ce faire, ils doivent recruter quatre acolytes, prêts à braver la loi pour faire chanter les tractopelles.

J’étais évidemment passée à côté de ce film suédois en 2010 (est-il seulement sorti en France ?), jusqu’à me lancer dans de succinctes recherches sur le rock au cinéma. À part Dancer in the Dark, je ne connais aucune autre comédie musicale industrielle, où les objets de la vie courante deviennent autant d’instruments détournés de façon ingénieuse. Ici, les « instruments » vont du câble électrique au patient en anesthésie générale faisant office de percussion.

Bonne surprise que ce film très drôle. Il part souvent dans de gros délires mais je n’ai rien trouvé d’excessif ; il est en fait assez proche de mon style d’humour. Avec la Surdité hystérique de Warnebring, on se demande même si on ne bascule pas dans le fantastique. Le choix des batteurs constitue autant de scènes hilarantes, tous les musiciens s’avérant à la frontière de l’asocialité par leur amour de l’art ; de vrais batteurs, quoi. Il y a pas mal de répliques savoureuses, comme ce : « Les mains en l’air, ceci est un concert ! » Il y a même une histoire d’amour, impossible, naturellement.

Musicalement, le résultat est étonnant. J’aime beaucoup le morceau d’introduction, malencontreusement interrompu par une sirène de police. Si le concert à l’hôpital m’a beaucoup amusée, j’ai adoré la performance-attentat « Fuck the Music », qui provoque une véritable panique à l’opéra. Inventif, bourré d’humour, voilà un film qui élargit la conception qu’on peut avoir de la musique !

Ola Simonsson, Johannes Stjarne Nilsson, The Sound of Noise, 2010

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :