Skip to content

J’en connais, des comme ça…

7 août 2013
tags:

Voici le moment ou jamais, York, d’acérer tes pensées timides, et de changer le doute en résolution. Sois ce que tu espères être, ou abandonne à la mort ce que tu es, comme indigne d’être conservé. Laisse la peur blême à l’homme infime, et ne permets pas qu’elle trouve asile dans un cœur royal. Plus vite que les pluies de printemps, les pensées succèdent aux pensées ; et pas une de mes pensées qui ne pense au pouvoir. Mon cerveau, plus actif que la laborieuse araignée, ourdit de pénibles trames pour envelopper mes ennemis. Fort bien, nobles, fort bien : c’est un acte politique que de m’expédier avec une armée. J’ai bien peur que vous n’ayez fait que réchauffer le serpent affamé qui, caressé sur votre cœur, mordra votre cœur.

Shakespeare, Henry VI

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :