Skip to content

50’s poldoc

10 septembre 2013

Quand elle entra dans la salle de lecture, elle constata que l’annuaire ecclésiastique avait été emprunté. Un homme aux vêtements minables et à l’air canaille semblait occupé à noter des noms et des adresses, peut-être dans l’intention d’écrire des lettres de requête à des pasteurs peu méfiants. Dulcie avait toujours trouvé que les bibliothèques municipales avaient quelque chose d’un peu affligeant : on y voyait tellement d’individus bizarres, et il n’était pas déplacé de penser qu’un certain nombre de gens y entraient parce qu’ils n’avaient nulle part où aller.

Barbara Pym, Les Ingratitudes de l’amour

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :