Skip to content

Babeuf et la conspiration pour l’égalité

3 février 2014

babeufFrançois-Noël Babeuf est une figure importante de la Révolution française, peu enseignée, il faut bien le dire. C’est ainsi que je n’avais pas du tout compris une allusion indignée de George Sand au « babouvisme », dans ses mémoires. A la tête d’un mouvement insurrectionnel précurseur du communisme, ce personnage ne porte pas aux jugements apaisés. Cette biographie, qui ne se limite pas à sa vie personnelle, permet de mieux comprendre cette page de l’histoire.

Il est né en 1760 à Saint-Quentin, en Picardie. Pour comprendre son parcours ultérieur, il est à noter qu’il a exercé le métier de feudiste, lequel l’amenait à rechercher tous les droits anciens, parfois oubliés que le seigneur pouvait encore revendiquer sur les paysans, dans un contexte de dégradation de la situation financière de la noblesse. Ce qui l’a amené à réfléchir sur la vie quotidienne des paysans pauvres, aux intérêts opposés à ceux de l’aristocratie foncière.

Il se forme en autodidacte à la philosophie, disciple de Rousseau. Dès ses premiers écrits, on trouve des revendications à l’origine de son idéal communiste : l’égalitarisme, avec le travail en commun et la répartition égalitaire des produits du travail ; des revenus égaux pour tous les citoyens, compensant les dispositions plus ou moins heureuses ; l’héritage doit revenir à la société.

Il joue un rôle d’agitateur local en 1789, suffisamment pour se faire des ennemis, être condamné et s’enfuir à Paris en 1793. Il se prénomme Gracchus en 1794, en hommage aux héros de l’Antiquité romaine, qui avaient préconisé le partage des biens de l’Etat. C’est un militant populaire et un journaliste influent, convaincu que les idées ne doivent jamais se séparer des actes.

C’est une sorte de chevalier de la Révolution qu’il nous a été donné de suivre, sacrifiant sa position personnelle à la cause qu’il défend. Courageux, d’un caractère entier, incapable de compromission, voire de compromis, il ne transige pas avec les objectifs qu’il s’est donnés, même si, par souci tactique, il atténue quelque peu la violence de sa pensée ; tel est Babeuf. L’audace de son caractère fait de Babeuf l’un de ces hommes que l’on ne peut imaginer que dans un temps de révolution lorsque l’avenir individuel paraît indissociable du mouvement général dont il n’est qu’un témoignage exemplaire. Un tempérament de feu, c’est là tout le personnage. (p. 79)

Le livre consacre ensuite un chapitre à la présentation des autres Egaux, en premier lieu Filippo Buonarroti, Italien dont les idéaux philosophiques l’amènent à participer à la Révolution à Paris.

La Conspiration des Egaux naît du constat que la révolution a été confisquée par la bourgeoisie et que la politique menée est hostile aux sans-culottes, dans un contexte de grave crise économique et de famine. Babeuf souhaite l’application de la Constitution de 1793, la plus favorable au peuple. La méthode à utiliser est l’insurrection populaire, avec comme objectif ultime l’instauration d’un communisme. Le complot assure la discrétion de l’organisation, pour « une offensive révolutionnaire définitive, totale, résolue, entraînant les masses populaires ».

Pour s’opposer au Directoire, Babeuf lance le journal Le Tribun du peuple, visant à redonner un esprit combattif aux masses. Pour assurer la diffusion de leurs égaux, les Egaux misent sur la propagande publique et l’agitation dans les rues, par des placards et tracts, des lectures en assemblées, des chansons satiriques…

Les tentatives révolutionnaires des Egaux se sont soldées par des échecs, dans un contexte peu favorable à l’implication populaire. Suite à l’arrestation des chefs de la Conspiration, Darthé et Babeuf ont été guillotinés en 1797, après un procès peu équitable. Babeuf écrivait dans une de ses dernières lettres : « Je ne concevais d’autre manière de nous rendre heureux que par le bonheur commun. » Si la méthode des Egaux, instaurant une coupure entre les élites du complot et les masses à soulever, soulève des critiques pertinentes dans cet ouvrage, l’influence de la Conspiration est aussi analysée. On retrouve les thèmes sociétaires et égalitaires dans les systèmes utopistes de la première moitié du 19e siècle ; les idées ont fait leur chemin chez Blanqui, Fourier, Louis Blanc, jusqu’à Proudhon et Marx. Lénine également faisait référence aux Jacobins.

Un livre clair, concis, qui développe davantage les idées philosophiques et les actions entreprises que la vie personnelle de ce personnage historique.

Claude Mazauric, Babeuf et la conspiration pour l’égalité, 1962

revolution

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 8 février 2014 20:06

    Babeuf est un personnage très intéressant. Pour moi, il fait la liaison entre la Révolution française, le robespierrisme, et le XIXème siècle avec l’apparition du communisme et des autres utopies.
    Hélas, l’étude de la Révolution française s’arrête souvent au 9 thermidor et peu de gens s’intéressent à ce qui se passe après (ou alors, à Napoléon, mais c’est une autre histoire).

    • 9 février 2014 10:38

      Très intéressant, oui, aussi bien au niveau de l’action menée que de l’histoire des idées. Faut-il vraiment s’étonner que cette période de soit pas enseignée ? Elle pourrait donner des idées dangereuses. 😉

  2. 9 février 2014 10:39

    A part ça, j’ai tout lu pour mon challenge révolutionnaire mais je suis à la traîner pour les notes de lecture. Et toi, tu as lu d’autres trucs ?

  3. 9 février 2014 19:24

    Son erreur aura été de combattre Robespierre. Il ravisera son opinion ensuite en constatant les dégâts commis par les thermidoriens. Trop tard, forcément…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :