Skip to content

Mademoiselle La Quintinie

23 décembre 2014

quintinieDe passage en Savoie, Emile Lemontier revoit sa charmante amie Elise, qu’il songe à épouser. Elle lui présente Lucie La Quintinie et, dès lors, il ne pense plus qu’à elle. L’attirance entre les deux jeunes gens est immédiate, mais Emile se rend compte qu’il n’a pas affaire à une femme ordinaire. Lucie est studieuse, volontaire, peu portée au mariage. La réputation sulfureuse du père d’Emile, philosophe athée, heurte sa sensibilité religieuse, qui penche vers le monachisme.

Au fil des lettres, Henri confie sa déception, sa jalousie et sa détermination à ne pas en rester là.

« Je me sentais très mal, je me sentais mourir, car je venais de constater que je n’étais rien pour Lucie. Avant moi, il y avait en elle l’ascétisme, ou la musique, ou cet inconnu qui entrait avec elle dans le sanctuaire des femmes, peut-être le même qui portait des lis dans la chapelle du rocher, à la clarté des étoiles : que sais-je ? Il y a une passion immense dans l’âme de Lucie, et je ne suis point l’objet de cette passion ! »

Au-delà d’un roman sentimental épistolaire, il s’agit d’un texte à portée philosophique. Ses échanges avec son père, de même que ses conversations avec Lucie, portent sur la philosophie et la religion. Le père doute que son fils soit jamais heureux, du fait du mal de l’époque, « cette conspiration de l’esprit rétrograde qui enlace la société. » Les deux défendent la liberté de conscience (« la liberté de l’âme est sacrée »), l’importance de la religion par rapport à l’Eglise, l’inutilité de la croyance en l’enfer.

« Il y a donc au-dessus de tous les cultes un culte suprême, celui de l’humanité, c’est-à-dire de la vraie charité chrétienne, qui respecte jusqu’aux portes du tombeau, jusqu’au-delà, la liberté de la conscience. »

Un personnage de prêtre torturé achève de donner une tournure anticléricale au roman. La dévotion catholique est vue comme une perversion, aggravée par le célibat des prêtres et la confession des femmes, qui livrent des sentiments délicats à un intrus au couple. Frustration, délires, hallucinations ne peuvent qu’en résulter. Les prêtres les plus exaltés ne sont que des morts-vivants. George Sand n’a pas volé l’interdiction de son œuvre pour anticléricalisme. Sinon, il y a de belles pages de description des alentours de Chambéry…

George Sand, Mademoiselle La Quintinie, 1863

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :