Skip to content

Chanur

31 décembre 2014

chanurEn 2014, je me suis inscrite à deux challenges, avec déjà l’idée machiavélique qu’un seul livre me servirait pour les deux.

D’une part, la couverture, qui vous a certainement frappées par sa sobriété et son bon goût, méritait de figurer dans le challenge « oh my, cette couverture ! » de Cécile.

D’autre part, le choix de ce roman visait à lire de la science-fiction féminine, pour entrer dans la cadre du challenge « SFFF au féminin » de Tiger Lilly. S’intéresser à la science-fiction féminine n’a pas grand sens en soi si les œuvres en question ne sont pas un tant soit peu féministes. J’ai donc eu envie de lire la série Chanur, d’une part parce que les personnages principaux étaient des extraterrestres de race féline et de sexe féminin, d’autre part parce que j’avais les titres sur ma liseuse.

Autant le dire d’emblée, je n’ai pas été totalement convaincue par ce premier tome de la série que C. J. Cherry (Carolyn Janice Cherry) a écrite dans les années 1980. J’ai mis trois mois à le lire, et six à rédiger cette note, histoire de terminer l’année, et mes challenges en cours, en beauté.

On suit les aventures de Pyanfar Chanur, capitaine de vaisseau de race hani, ce qui implique fourrure soyeuse, barbe soigneusement entretenue, griffes acérées et pantalons bouffants du plus bel effet. Ces habitantes (seules les femelles voyagent) de la planète Anuurn ont un grand sens de l’honneur, allant jusqu’à la fierté chatouilleuse. La preuve, le vaisseau est peu modestement baptisé l’Orgueil de Chanur, et c’est tout l’honneur de la famille qui repose sur le succès escompté des opérations marchandes menées par Pyanfar.

La situation est déséquilibrée par l’arrivée d’une créature non hani dans le vaisseau, manifestement terrorisée par les kifs, une autre race fort laide et fort agressive. Le nouveau venu, car c’est malheureusement un mâle, est peu gâté par la nature avec ses « oreilles embryonnaires » et son pelage atrophié. Il fait cependant beaucoup d’efforts pour communiquer et semble troublé par ces dames. Pyanfar en vient à garder un œil vigilant sur sa nièce Hilfy, qui semble bien proche de ce Tully.

Le plus intéressant dans l’histoire, c’est donc cette inversion des valeurs courantes en SF, à savoir qu’ici l’élément perturbateur est un humain, face à une race plus avancée, et de plus c’est un mâle, dans un milieu féminin très rationnel qui n’apprécie pas beaucoup l’autre genre, trop émotif, dans le cadre du travail.

Pour le reste, il s’agit d’une intrigue classique de guerre spatiale entre vaisseaux marchands, avec des sauts à grande distance, des pourparlers, des trahisons. Pour tout dire, j’ai trouvé l’action assez embrouillée : on saute d’un vaisseau à l’autre, etc. J’ai aussi eu du mal à identifier les personnages autres que Pyanfar, Hilfy et Tully, qui étaient peu individualisés. Enfin, les hani ne m’ont pas semblé très follichonnes et manquaient beaucoup de fantaisie. Ce sens de l’honneur exacerbé et le contrôle strict de leurs émotions ne les rend pas particulièrement sympathiques.

Bon, l’intérêt principal, c’était quand même la couverture ! Un tel mauvais goût typiquement SF ! De telles couleurs rétro ! De si beaux stéréotypes genrés ! Cette couverture est un chef d’œuvre, si l’on songe que le livre entier est peuplé de femelles fortes et de mâles décoratifs : on a quand même trouvé le moyen d’afficher un mâle fort et protecteur et une femelle aux protubérances avantageuses à moitié évanouie. Difficile d’imaginer Pyanfar dans cette position !

Je me tâte pour lire la suite. Il y a encore quatre tomes à lire dans cette série mais je crains qu’ils ne me semblent interminables s’ils restent dans la même ambiance.

C. J. Cherry, Chanur, 1983 (The Pride of Chanur)

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 3 janvier 2015 11:51

    Exactement, ça c’est de la couv’!
    En SF écrite par une femme, j’ai Vonarburg qui n’est pas mal du tout (je ne me souviens pas des couvertures, tiens tiens)

  2. 3 janvier 2015 13:21

    Ah oui, Vonarburg, très belle écriture, j’avais commencé la série « Reine de mémoire », mais la bibli a oublié d’acheter les derniers tomes. Les couvertures étaient très jolies. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :