Skip to content

Paradis : chantier

23 avril 2015
tags:

Lorsque j’ai visité mon nouveau logement pour la première fois, je n’étais pas vraiment enthousiaste. Un appartement relativement spacieux, selon des critères parisiens, mais impersonnel, et un balcon tout en longueur, que j’avais jugé large comme un couloir.

Trois semaines plus tard, en prenant possession des lieux, j’ai révisé mon jugement sur le balcon. Il n’était pas si étroit que ça ! Il avait du potentiel ! Tandis que je posais en imagination mes pots sur la rembarde, le gardien m’informa d’un ravalement de façade imminent, ce qui retardait de toute façon l’aménagement de mon coin extérieur. Etant donné ses inconvénients manifestes, il a besoin de quelques améliorations avant de pouvoir être qualifié de confortable, voire, selon l’expression consacrée, de « véritable coin de paradis urbain ».

balcon1

Orienté au nord, il reçoit les rayons du soleil en fin d’après-midi, à la belle saison, et jamais en hiver. C’est en fait une contrainte stimulante : j’ai commencé à me documenter sur les plantes qui se plaisent à une exposition ombre/mi-ombre. Mon balcon précédent était orienté à l’ouest mais seules les plantes du bord prenaient le soleil. J’ai enfin compris pourquoi je ne réussissais pas le basilic et les tournesols… Il faudra se limiter à la menthe et à la ciboulette pour les plantes aromatiques, miser sur les plantes vertes (hosta, heuchères), tout en ayant une palette de fleurs à disposition. Il y aura sûrement un camélia dans un coin d’ici l’hiver prochain.

balcon2

Autres inconvénients : la vue et le bruit. Le balcon se trouve au-dessus d’un carrefour, donc j’aurai besoin d’isoler un coin pour me sentir à l’aise. Je penche pour plusieurs treillis fixés à la rembarde, avec un bambou devant.

balcon3

Le vis-à-vis est très présent, aussi je verrai bien des graminées dans des jardinières fixées en haut de la rembarde. Quelque chose d’aérien, qui bouge dans le vent. Et une jolie table en métal à côté. Pour le voisinage, qui stocke un véritable débarras de son côté (cf. première photo), j’ai installé d’emblée un treillis facilement déplaçable, sauvant du même coup ma passiflore, qui végétait dans son mini-pot depuis l’an dernier. Pour le reste, je ne dispose pas du budget nécessaire pour l’instant, mais le projet mûrit et se montera progressivement.

Les pots qui ont déménagé encore occupés ne donnaient pas des signes encourageants. Et puis, quelques journées torrides et me voilà rassurée sur leur avenir :

balcon4

J’étais à peu près sûre que le fushia allait crever et ne m’étais même pas donné la peine de le protéger cet hiver (si ce n’est le paillage maison en liège, auquel toutes les plantes ont eu droit). On voit qu’il repart avec un enthousiasme certain.

balcon5

Le superbe gerbera jaune n’a pas dit son dernier mot lui non plus. Deux fleurs sont en préparation, ce qui promet de bonnes taches de couleur cet été. Il faut croire que le soleil du soir lui suffit.

balcon6

La passiflore a été attachée avec un fil lâche. Elle commence à peine à sortir ses feuilles, qui étaient toutes tombées cet hiver. Mais aura-t-elle assez de soleil pour montrer ses superbes fleurs mauves ?

balcon7

L’anthémis : ça se passe de commentaires. Et pourtant c’était une touffe de feuillage desséché il y a dix jours…

balcon8

La lavande et ses nouvelles pousses vertes au-dessus du vieux bois, taillé en boule l’automne dernier.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :