Skip to content

Nouveaux projets

8 octobre 2015

Me voilà repartie dans un projet très chronophage ! C’est assez effrayant, sitôt que je lâche un peu du lest pour m’accorder du temps juste pour moi, je repars dans un tourbillon dont je ne vois pas le bout. L’avantage, ici, c’est qu’il y a un bénéfice personnel à la clef, à savoir une évolution professionnelle. Mais, au bout de cette quête, bien peu d’élus. Je parle évidemment d’un concours, d’un niveau propre à ne pas se faire trop d’illusions au moment où l’on valide son inscription sur le site.

Ça fait une bonne année que je m’accorde des vacances, cela dit (hum, si on peut inclure un déménagement dans cette catégorie…). J’ai donné sans retenue dans le lâcher-prise et j’y ai trouvé un certain plaisir. Je ne me suis pas forcée à avoir une vie sociale trépidante et, bien que la transition ait été quelque peu brutale après plusieurs années particulièrement « mondaines », j’ai du reconnaître que c’était mieux pour moi à ce moment-là.

Toutes les techniques de relaxation ont été bonnes à prendre. Quelques séances de sophrologie, au milieu d’un parc, pour canaliser cette respiration parfois trop stressée. Un chat, pour les ronrons et les séances de cache-cache, et la leçon philosophique d’une vie dédiée au bien-être égoïste. Beaucoup de coloriages, activité qui m’a tout de suite plu sur le plan manuel mais dont je ne ressentais aucun bienfait déstressant. J’ai fini par comprendre qu’à travers cette activité, je tentais ni plus ni moins l’entrée en méditation à la sauvage, ce qui ne me valait qu’une avalanche de pensées négatives, problèmes ressassés, solides rancunes auxquelles je me cramponnais avec toute ma dignité offensée… Je n’ai pas encore réussi à dépasser complètement ce stade, mais j’ai amélioré ma technique aux crayons !

A toutes ces activités hautement enrichissantes, j’ajouterai le jardinage, qui réveille mon attrait pour les connaissances encyclopédiques plus ou moins utiles. Heureusement, la surface du balcon limite la multiplication des pots. Mais j’ai passé les deux derniers mois à récolter toutes sortes de graines et donc à élaborer d’ambitieux projets pour le printemps prochain.

Aussi curieux que cela puisse sembler, mes tentatives de semis de pamplemoussier continuent à attirer de nouveaux visiteurs sur ce blog ; je vais donc clore cette note sur une présentation du pamplemoussier, semé en 2006, dans toute sa splendeur estivale :

IMG_3454Pour un arbre âgé de neuf ans, on ne peut pas dire qu’il soit très impressionnant. Pourtant, il a résisté à un semis en chambre de bonne orientée plein nord, plusieurs déménagements et un hiver exposé à tous les vents. C’est peut-être pour ça qu’il m’est si cher et que sa persévérance m’encourage chaque année.

Advertisements
2 commentaires leave one →
  1. keisha41 permalink
    10 octobre 2015 08:34

    Il vaut vivre, c’est sûr, ce pamplemoussier (je préfère ne pas te dire ce qu’il devient quand il est dans sa zone habituelle de pousse)
    Je confirma pour chat et jardinage, c’est gratuit et ça marche!

    • 10 octobre 2015 10:44

      J’ai une petite idée sur la taille de l’arbre adulte. 😉 Ne me reste plus qu’à trouver un jardin un peu plus au sud…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :