Skip to content

Herbes, fleurs et nouvel arrivant

19 mars 2016

J’ai beau grelotter dans mon salon en veste polaire à capuche, les plantes du balcon sont formelles : c’est le printemps ! Alors, on va les croire.

01_estragon

Voici un pied d’estragon qui avait disparu pendant l’hiver. J’en étais déçue, puisque je l’avais bien paillé avec des cosses de graines de courges. De nouvelles pousses sont apparues ! Quand elles étaient encore minuscules, j’ai goûté pour en avoir le cœur net. La perspective de petits plats d’été parfumés à l’estragon est des plus réjouissantes.

02_ciboulette

Même chose pour la ciboulette (pot en terre à gauche), qui entame vigoureusement sa troisième année. Comme elle a fait des fleurs pour la première fois l’été dernier, j’ai recueilli quelques graines, que j’ai planté à côté des tiges déjà formées. Le pot violet témoigne d’une intéressante expérience. Comme conseillé dans un livre sur le jardinage urbain, j’ai arraché une touffe de trèfle que j’ai plantée dans un pot. Non seulement le trèfle a prospéré, mais une touffe d’herbe a poussé en plein milieu (des graines ou des pousses devaient se trouver avec le trèfle). On voit ici la touffe d’herbe seule dans un pot, et mon chat la mange d’aussi bon cœur qu’une plante estampillée « herbe à chat » de magasin payée 3 à 5 euros. Si ce n’est pas un bon plan, ça y ressemble…

03_plantain

Autre expérience, un pied de plantain arraché au bord d’un trottoir d’une rue peu passante, sous l’œil perplexe des piétons. Le plantain a de nombreuses indications médicinales ; j’ai notamment retenu son utilité contre les maux de gorge, rhumes, etc. Planté dans la même jardinière que le trèfle, il a d’abord prospéré, produisant fleur sur fleur, que je coupais au fur et à mesure pour les faire sécher. Les fleurs de plantain sont en fait ces tiges érigées qui poussent au milieu des feuilles. Le trèfle est ensuite devenu tellement envahissant que j’ai planté le plantain à part. Il a presque entièrement disparu pendant l’hiver, puis j’ai vu ces petites feuilles apparaître. On dirait que c’est reparti pour une nouvelle année.

04_tanaisie

Une autre plante utile poussant à l’état sauvage : la tanaisie. On voit bien que la partie centrale est morte mais que les nouvelles pousses surgissent des tous les côtés. Je vais sûrement en couper certaines. La tanaisie est une superbe plante ; les feuilles ressemblent à des fougères, les fleurs ont la forme de petits pompons jaunes. En pot, elle a eu un port un peu retombant l’été dernier, très décoratif. Cette plante est insectifuge et peut servir à traiter d’autres plantes victimes d’envahisseurs divers. Ses propriétés s’étendent aux animaux et aux humains et, correctement dosée, elle permet d’éliminer les parasites externes et internes. Il faut apprécier sa forte odeur camphrée et faire attention à limiter sa propagation. Au départ, j’avais prélevé une seule pousse ; vous imaginez le résultat dans un jardin…

05_tulipes

Première tentative de culture de bulbes dans un pot. Les plus grosses feuilles vertes à moitié sorties sont des tulipes, mises en terre en décembre. Vues les températures clémentes à cette époque, elles n’ont pas tardé à sortir. J’ai complété par des muscaris, dont on voit les tiges au centre. Ils sont un peu déplumés à présent, je ne pourrai pas profiter de l’association de leur bleu et du jaune des tulipes. Le pot n’a pas de soucoupe car j’ai lu que l’excès d’humidité faisait pourrir les bulbes.

Qui est le nouvel arrivant promis dans le titre ? J’ai longtemps attendu pour l’avoir. Tous ceux que je voyais étaient hors de prix. Il y a eu l’épineuse question du choix de la variété. La non moins épineuse question du choix des pots et l’achat de grands sacs de terreau. Enfin, traînant du côté du marché aux fleurs, j’ai trouvé un exemplaire de la variété souhaitée, d’une taille transportable. Voici donc enfin :

06_bambou

le bambou ! Le chat a eu l’air très intéressé. Il s’agit d’un Fargesia Robusta Campbell. Les forums de passionnés de bambous ne tarissaient pas d’éloges à son sujet. « Fargesia » donc non traçant, adapté pour la culture en pot. « Robusta » donc résistant bien aux conditions peu agréables d’un balcon, vent, froid, exposition semi-ombragée. Le Campbell conserve longtemps les gaines de ses nouvelles cannes, ça lui fait des sortes de zébrures.

07_bambou

Il n’était pas dans une condition optimale devant la boutique. Beaucoup de feuilles avaient l’air sèches, il ne devait pas être suffisamment arrosé. Je l’ai acheté en toute connaissance de cause, en espérant le requinquer. L’état des racines ne m’a pas trop surprise : elles étaient tellement comprimées dans le pot qu’il était plus facile de le casser plutôt que d’extraire la plante !

08_bambou 09_bambou

La bête assoiffée en place, dans son grand bac, la base paillées avec des restes de jonc coupés en morceaux. De nouveaux turions sortent déjà. Les plus petites cannes penchent sur le côté mais la variété est donnée pour être bien droite et s’utilise pour faire des haies. C’est bien mon objectif, pour cacher la vilaine vue. L’objectif étant d’en avoir deux, je repasserai dans la boutique de temps à autre. En attendant, le deuxième pot héberge des semis de fleurs qui montent très haut, ça peut être sympa aussi.

10_hellebore

Pour terminer, les fleurs d’une hellébore installée cet hiver, plante qui adore le froid. Moi j’adore ses fleurs teintées de vert pomme, même s’il faut les soulever pour les voir.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :